Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’artillerie des Troupes de Marine : les "bigors". > 1954- Artillerie de position au Tonkin >
1954- Artillerie de position au Tonkin

Retour

Cette rubrique est composée d’articles tirés de la revue "Tropiques" n°363 - juin 1954. Document d’archive de la Fédération des Troupes de marine FNAOM-ACTDM (Fédération Nationale des Anciens d’Outre-Mer et anciens combattants des troupes de Marine) et avec l’autorisation de la fédération.

L’artillerie de position tient au Tonkin une place prépondérante dans la protection des unités de secteur. Son appui est non seulement matériel, mais moral. Sa présence rassure et donne confiance.
De jour comme de nuit, à toute heure, elle est prête à intervenir soit au profit d’unités engagées ou de postes attaqués, soit sur des objectifs déterminés par renseignement.


Étant statique ou appelée à faire des déplacements temporaires et de faible amplitude, elle opère dans un cadre délimité par des horizons toujours connus.

Cette stabilité lui permet : d’améliorer la précision de ses tirs en poussant l’organisation topographique des positions et l’exploitation de la préparation expérimentale ; de découvrir l’objectif avec plus de facilité grâce à l’observation et l’étude chaque jour plus approfondie de la zone d’action, et d’obtenir des autorités de secteur des renseignements précis et immédiatement exploitables sur les activités ennemies.
Dans une telle situation, l’artillerie de position n’intervient qu’à coup sûr et toutes ses actions sont payantes.

Le récit suivant, où les noms sont imaginés mais dont les faits sont exacts, montre la vie d’une batterie de position dans le delta tonkinois et l’efficacité obtenue dans son action.

Articles de cette rubrique

____________

Base documentaire des Artilleurs