Matériels d’artillerie > 5- Les munitions > 52- Les munitions modernes >
523- L’arme de l’artilleur canon, c’est l’obus !
 

Retour

[Article rédigé par le Capitaine Luc Billa pour la revue ARTI n°11 (juillet 2008)

Les munitions tirées par les canons sont constituées de l’obus (ou projectile dans les documents OTAN), de la fusée, de la charge propulsive et d’un dispositif de mise à feu. Il existe aujourd’hui trois systèmes d’artillerie (canon + système propulsif) de 155mm : l’AUF1 TA, le TRF1 et le CAESAR.

(JPG)
(JPG)

L’AUF1

(JPG)

Une homogénéité existe depuis seulement une décennie suite au retrait du service des derniers obusiers.

Le canon de 155 AUF1 a été développé avec le système propulsif à douille combustible modèle F1, pour pouvoir tirer l’obus explosif à culot creux modèle F1 à une portée maximale de 23km. Mais il peut également tirer les obus antérieurement en service (norme OTAN) comme par exemple les obus de la famille « 56/69 ». C’est d’ailleurs pour eux qu’il existe la charge 6 du système propulsif à douille combustible (inutile pour les obus à culot creux). De même, aucun obus éclairant à culot creux n’a été développé et c’est le modèle F1 (famille « 56/69 ») qui sert toujours.

Par la suite d’autres obus sont venus s’ajouter à la panoplie.

Il existe donc une gamme complète d’obus à culot creux : OE CCR F1 (explosif), O FUM F2 (fumigène), OX CCR F1 (exercice), OE F2 et kit RTC (explosif à jupe amovible pouvant être équipé du dispositif de réduction de trainée de culot, portée : 28km), OGR F1 (obus type cargo à grenades avec culot éjectable et dispositif RTC). Enfin, un obus d’exercice à gabarit de tir réduit (GAB RED) a été développé.

LE TRF1

Le canon de 155 TRF1 a été développé avec un système propulsif spécifique composé d’une gamme particulière de charges avec enveloppes cylindriques rigides et a également été utilisé également avec le système propulsif avec charges en gargousses.

Mais, dans le but d’assurer l’homogénéité de la logistique, c’est finalement le système propulsif à douille combustible qui a été retenu. Les aménagements se faisant au niveau de la douille pour tenir compte de la mise à feu par étoupille (par induction sur AUF1). Les obus et les fusées sont donc les mêmes que ceux utilisés par le canon 155 AUF1.

Le CAESAR

Le CAESAR dispose d’un canon de 52 calibres et a été développé pour utiliser des charges modulaires (pour l’instant des charges allemandes, mais bientôt celles développées par NEXTER). Il peut tirer les même obus que les systèmes 39 calibres de norme OTAN. Mais il a été développé avec les nouvelles munitions tel que l’obus explosif LU211 (futur OE F3 et F4 d’une portée de 40km) et l’obus BONUS ou ACED (anti char à effet dirigé). Les LU211, commandés par la France, ont la caractéristique d’être « insensible », et ont un effet explosif équivalent aux obus explosifs standards mais n’explosent pas suite à un tir de 12.7 sur l’obus ! Les obus BONUS ont également déjà évolué : cette munition « intelligente » est maintenant dotée en plus de ses senseurs infrarouge d’un détecteur de profil permettant une détection et une discrimination des cibles même camouflées.

Mais les progrès ne s’arrêtent pas au seul projectile et au calibre du canon. Il existe une gamme complète de fusées :

  • percutantes (PDM 557)
  • fusantes (CHRONO ELN F1 ou FUCHSIA, pour amorcer les obus cargo type O GR)
  • à double effet radioélectriques (FURA DE F3 et F5, pour amorcer les obus explosifs à une hauteur type de 9 m au dessus de l’objectif)
  • enfin à double effet à chronométrie mécanique (pour amorcer les obus éclairants). Les fusées à double effet peuvent fonctionner en mode percutant instantané.
(JPG)

Le futur existe déjà pour les fusées avec le SPACIDO développé par le consortium GIAT/ TDA-Thalès. Ce système, dont les premiers tirs ont eu lieu en 2006, est composé d’une fusée électronique multifonctions dotée d’un frein aérodynamique, de son moyen de programmation et d’un radar de bouche. Il fonctionne sans GPS et améliore la précision.

(JPG)

____________

Base documentaire des Artilleurs