Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 1- Histoire de l’Artillerie > Un siècle d’histoire de la Défense Sol-Air >
0- Note liminaire et Plan général
 

En guise d’introduction

En quelque sorte, la "DCA" française aurait pu fêter ses cent ans d’existence, puisque c’est en 1910 que le prototype de son premier vrai canon à finalité antiaérienne, un matériel de 75mm monté sur châssis d’automobile, a tiré ses premiers coups.

Cette centenaire a connu bien des vicissitudes, son siècle d’existence voyant alterner les périodes favorables pendant lesquelles le nombre de ses formations allait croissant et ses matériels se développaient et celles où la conjoncture internationale ou nationale entraînait sa forte régression.

Malgré son importance pour la sécurité des troupes et des installations amies, en France la DSA (défense sol-air, comme on l’appelle aujourd’hui) semble n’avoir jamais totalement eu les faveurs des hauts commandements militaires nationaux, restant trop souvent considérée comme un moyen de protection utile voire indispensable mais auquel on n’accorde qu’une priorité secondaire.

Qu’on l’appelât DCA, FTA, ASA ou DSA de l’Armée de terre, cette branche de l’Art de la Guerre n’a jamais vraiment fait bon ménage avec les forces aériennes nationales, quoiqu’elle ait appartenu temporairement - de 1920 à 1922 - à l’Aéronautique. Elle fut souvent crainte ou jalousée par maints pilotes, et ce ne fut pas étranger à ses déboires.

Dans les périodes de difficultés financières, les égoïsmes d’Armée ou d’Arme, le désintérêt coupable voire l’aveuglement de certains décideurs, se sont traduits par des coupes sombres et quasi irrémédiables là où il aurait fallu pourtant consentir un effort en faveur de la lutte antiaérienne. Pire encore, on est même allé parfois jusqu’à muer la quasi totalité des formations antiaériennes en troupes d’infanterie banales (pendant la Guerre d’Algérie). Sans oublier non plus le triste et fameux "ASA : pour mémoire" convenant à bien des générations d’apprentis stratèges...

Les progrès techniques qui ont marqué le XXème siècle ont naturellement profité à la menace aérienne et, par ricochet, aux moyens de la contrer. Après des débuts laborieux, les matériels de lutte antiaérienne ont connu eux aussi des évolutions importantes, et même des révolutions dans la seconde moitié du siècle, avec la généralisation des missiles dont l’impact sur les missions et sur l’organisation des formations a été déterminant.

Il était sans doute très ambitieux de prétendre décrire dans cette évocation, somme toute assez succincte, ce que fut ce siècle d’artillerie antiaérienne française, de vouloir ainsi en évoquer les grandes heures et les malheurs, à travers une narration à certains aspects nécessairement techniques. Personne jusqu’à ce jour ne s’y était aventuré ; en voici au moins une tentative.


Plan général

Chapitre 1 - Genèse de la DCA française

1) Problématique du tir antiaérien par arme à feu.

2) Une situation tactique nouvelle.

3) L’état des adversaires.
-  31) Les Forces aériennes,
-  32) Des procédés de lutte antiaérienne improvisés.

4) Les premières mesures d’organisation (1915-1916),
-  41) Formation des spécialistes antiaériens dans l’Artillerie,
-  42) Problème de l’identification des aéronefs,
-  43) Missions et utilisation des moyens disponibles,
-  44) Structuration de la défense contre les aéronefs.

Chapitre 2 - L’ESSOR de la DCA (1917-1918)

1) Les Progrès effectués,
-  11) Évolution de la menace aérienne,
-  12) Institution de mesures de coordination,
-  13) Améliorations des matériels,
-  14) Concours apporté à l’Anti Aircraft Artillery,
-  15) Création des premiers régiments antiaériens

2) La réorganisation de 1918,
-  21) Création d’une dualité des responsabilités,
-  22) Modifications des structures et des commandements.

3) Bilans et rapport de forces,
-  31) Appréciation des résultats des DCA,
-  32) La DCA française à la fin de la guerre.

Chapitre 3 - L’Entre-deux-Guerres

1) Le retour au temps de paix,
-  11) La tendance générale,
-  12) Passage de la DCA de l’Artillerie à l’Aéronautique.

2) La DCA revient dans l’Artillerie.

3) Un tournant important,
-  31) 1927-1930 : nouvelles mesures de réorganisation,
-  32) Évolution des matériels et des techniques.

Chapitre 4 - À la veille du second conflit mondial

1) La perception de la menace aérienne.

2) FTA et querelles interarmées.

3) L’accroissement des parcs de matériels.

4) L’inadaptation des FTA au futur conflit.

5) État des moyens antiaériens.
-  51) Les formations de DCA
-  52) L’ambition de la mobilisation
-  53) Les matériels de DCA disponibles en mai/juin 1940
-  54) Les personnels
-  55) Des unités originales.

Chapitre 5 - Dans la tourmente

1) Participation des FTA aux opérations.

2) Les FTA de l’armée d’armistice.

3) La DCA de Vichy (1943).

Chapitre 6 - La remontée en puissance (1942-1943)

1) L’artillerie antiaérienne des Forces Françaises Libres.

2) Les nouvelles FTA d’Afrique du Nord.

3) À l’école du modèle américain.

4) La mise sur pied des nouvelles FTA françaises.

Chapitre 7 - Les FTA françaises dans la Reconquête

1) Les combats fratricides au Levant.

2) La Campagne de Tunisie.

3) Libération de la Corse (septembre-octobre 1943).

4) Libération de l’Ile d’Elbe (juin 1944).

5) Les FTA du Corps Expéditionnaire Français en Italie.

6) Les FTA françaises dans le débarquement de Normandie.

7) Les FTA françaises dans le débarquement de Provence.

8) Les FTA de la 1ère Armée Française.

9) État des FTA au 8 mai 1945.

Chapitre 8 - Rétraction et Restauration (1945 - 1954)

1) Les mesures de réorganisation de l’après-guerre (1945-46),
-  11) La réorganisation de la fin 1945,
-  12) La réorganisation de 1946.

2) La restauration (1947 à 1954),
-  21) État des FTA en 1946,
-  22) Les mesures prises avant 1949,
-  23) Les mesures prises à partir de 1949,
-  24) Corps antiaériens ayant une existence éphémère,
-  25) Artillerie coloniale,
-  26) Renforcement du dispositif en Indochine,
-  27) Structuration des FTA.

Chapitre 9 - Équipements et recherches techniques d’après-guerre, en France

1) Les équipements antiaériens en service en 1954,
-  11) Les armements,
-  12) Les équipements périphériques,
-  13) Les centres de renseignement et de direction des tirs.

2) Les recherches et développements français sur les canons antiaériens
-  21) Les études françaises sur de nouveaux canons lourds,
-  22) Évolution des batteries de 90mm,
-  23) Progrès apportés au canon Bofors 40L60,
-  24) Emplois du calibre 30mm.

Chapitre 10- Les FTA dans les opérations d’outremer (1954-1962)

1) L’évolution du contexte d’emploi et nouveau rôle des FTA.

2) Les engagements mineurs outremer
-  21) Participation à la Guerre d’Indochine,
-  22) Opérations au Maroc (1955-56),
-  23) En Tunisie,
-  24) Expédition de Suez.

3) Les FTA dans la guerre d’Algérie (1954-1962),
-  31) Avant de début des "Événements",
-  32) Participation aux opérations dès 1955,
-  33) Participation aux opérations à partir de 1956,
-  34) Les transferts de FTA du Maroc en Algérie en 1957-58
-  35) L’artillerie antiaérienne sur les barrages frontaliers.

4) Les Centres d’Instruction et Dépôts des régiments de FTA.

5) Les FTA au terme des campagnes africaines.

Chapitre 11- La transition des FTA vers l’ASA (1960-1970)

1) L’amorce d’une nouvelle ère,
-  11) Les prémices d’une révolution technico-opérationnelle, exceptionnelle,
-  12) Une dynamique de résurrection,
-  13) Les démarches françaises en matière d’armement.

2) Les débuts de la « missilisation » de l’ASA,
-  21) L’épisode NIKE,
-  22) Les premières années du HAWK en France.

3) Les autres entités sol-air,
-  31) Les Groupes d’ASA divisionnaires,
-  32) Les centres de formation des cadres de l’artillerie sol-air,
-  33) Les Forces Terrestres Antiaériennes de Défense Aérienne.

4) La situation en 1970.

Chapitre 12 - 1970-1989 : Les caractéristiques propres à l’Artillerie Sol-Air

1) La menace aérienne.

2) Une problématique interarmées.

3) Les singularités de l’ASA.

4) Les points communs aux Corps d’ASA.

5) Les organismes d’intérêt commun.

Chapitre 13 - 1970-1989 : La DSA aux courtes et très courtes portées

1) La lutte antiaérienne des troupes toutes armes (LATTA).

2) Les régiments sol-air à courte portée,
-  21) Évolutions et rattachements des formations,
-  22) La vie des unités.

3) Les formations d’AA légère de réserve.

4) Les débuts du SATCP,
-  41) Le Stinger au Tchad,
-  42) Le lancement du programme Mistral,
-  43) Le renoncement au projet Santal.

Chapitre 14 - 1970-1989 : La Défense sol-air à moyenne portée

1) Particularités des régiments Hawk français.

2) Modifications des rattachements.

3) Les améliorations successives du système d’arme.

4) Le fait d’armes tchadien.

Chapitre 15 - Un nouveau tournant

1) Les signes avant-coureurs d’un probable déclin.

2) La suspension du Service national et ses conséquences directes.

3) Participation à des engagements opérationnels limités.

Chapitre 16 - Améliorations techniques et décroissance quantitative

1) Évolution de la capacité "moyenne portée",
-  11) Modifications de l’organisation des régiments Hawk,
-  12) Poursuite de l’amélioration des équipements,
-  13) Le SAMP/T.

2) Suppression de la capacité "courte portée",
-  21) Projet de valorisation puis abandon du Roland,
-  22) La dissolution progressive des régiments SACP.

3) Développement de la capacité "très courte portée".

4) Modernisation des moyens "C3I".

5) Modifications de l’environnement.

Chapitre 17 - S’adapter une nouvelle fois à un nouveau contexte

1) L’évolution des Armées,
-  11) Les conséquences de la nouvelle politique française de défense,
-  12) Les nouveaux théâtres d’opération,
-  13) La mutualisation interarmées,
-  14) La réflexion interarmées sur la défense sol-air.

2) Restructurations dans l’Armée de terre et dans l’Artillerie,
-  21) L’École d’artillerie,
-  22) Dissolution de la Brigade d’artillerie,
-  23) Fin de la CNEASA et de la CNEA,
-  24) Principales mesures concernant les régiments sol-sol,
-  25) Ultimes réorganisations de l’ASA.

3) Répartition des capacités de la défense sol-air,
-  31) Système d’arme à moyenne portée,
-  32) Domaine de la très courte portée,
-  33) L’apport déterminant de Martha.

Chapitre 18 - Perspectives

1) Situation des forces engagées,
-  11) Considérations d’ordre général,
-  12) La couverture d’ensemble des forces terrestres,
-  13) Les insuffisances capacitaires de la fonction opérationnelle "surface-air".

2) Les artilleurs à vocation sol-air,
-  21) Leur formation,
-  22) La préparation opérationnelle,
-  23) Un nouveau profil d’artilleur antiaérien.


Accès au 1er Chapitre
Retour au Plan
Retour en haut de page


____________

Base documentaire des Artilleurs