Historiques des unités > Historiques des unités d’artillerie (régiments, groupements, groupes) : Sol-Air >
402- Historique du 402ème Régiment d’Artillerie
 

(JPG)









Le 402° Régiment d’Artillerie, en tant que formation d’artillerie sol-air, possède les filiations suivantes :

  • 2°RDCA,
  • 402°RADCA,
  • 402°RAA.

Le 2°RDCA, régiment de l’Aéronautique)

C’est le 1/1/1920 qu’a été formé le 2° Régiment de défense contre aéronefs, ses personnels provenant de différentes unités : 66ème régiment d’artillerie, le 67ème régiment d’artillerie, 501ème régiment d’infanterie territoriale et le 2ème Groupe de circulation. Il est passé à l’Artillerie le 25/8/1922, en y devenant le 402°RADCA.

Le 402°RADCA (1923-1939)

Le 402° Régiment d’Artillerie de défense contre aéronefs (RADCA) a été créé à Mayence, le 10 avril 1923. Il comprenait alors :

  • Le 1° Groupe du 402°RADCA, à deux batteries d’autocanons de 75 provenant du 1/2°RDCA et qui stationnait à Gonsenheim. Ce Groupe a été dissous le 28/2/1929. Le I/402 a été reformé à Metz le 5/5/1929, par changement d’appellation du 2°Groupe.
  • Le 2° Groupe du 402°RADCA, à deux batteries d’autocanons de 75 (ex-5° et 6°/2°RDCA) et qui stationnait à Gonsenheim. Ce Groupe a été dissous le 1/7/1926 pour devenir le II/403. Le II/402 a été reformé le même jour par changement d’appellation du II/403 (échange d’unités). Le 5/5/1929, il a pris l’appellation de I/402° Groupe. Le même jour le II/402 a été reformé à Metz, par changement d’appellation du III/402.
  • Le 3° Groupe du 402°RADCA, à deux batteries d’autocanons de 75 (ex-7° et 8°/2°RDCA) et qui stationnait à Gonsenheim. Ce Groupe a été dissous le 1/7/1926 pour devenir le III/403. Le même jour le III/402 a été reformé à Metz, par changement d’appellation du V/403, à 2 batteries de 75 sur plate-forme. Le 5/5/1929, il achangé d’ap^pellation ppour devenir le II/402. Le même jour le III/402 a été reformé à Metz par changement d’appellation du IV/402.
  • Le 4° Groupe du 402°RADCA, à deux batteries de 75 sur plate-forme (ex-11° et 12°/2°RDCA) et qui stationnait à Trèves. Le 5/5/1929 il a changé d’appellation pour devenir le III/402. Le IV/402 a été reformé à Douai, le 1/11/1933, à deux batteries de 75 sur plate-forme (ex-III/151°RAP). Le 15/4/1934 il est devenu le V/401. Le IV/402 a été reformé à Laon, le 20/7/1935 (ex-VI/401) à 2 batteries de 75 sur remorque. Il a changé d’appellation le 16/10/1938 pour devenir le I/406.
  • Le 5° Groupe du 402°RADCA, à deux batteries de projecteurs (ex-1° et 3° compagnies du 3°RDCA) et qui a stationné à Gonsenheim, puis à Metz en 1929 et à Laon en 1935. Le 16/10/1938, il est devenu le IV/406.

En 1937-38, un Détachement « de semonce » du 402 a été envoyé à Alger, en raison de la guerre civile espagnole.

Unités mises sur pied à la mobilisation :

Le 402°RADCA a alors donné naissance à de très nombreux groupes et batteries de DCA :

  • Aux Armées (équipés autocanons de 75) : les 1° Groupe (V° Armée), 2° Groupe (III° Armée), 3° Groupe (VII° Armée), 4° Groupe (III° Armée), 5° Groupe (III° Armée), soit 15 batteries au total.
  • Unités sur voie ferrée : 7° Groupe à 3 batteries équipées de 75 sur affut-truck VF.
  • Aux Armées (équipés de canons de 75 sur remorque) : 11° Groupe (III° Armée), 12° Groupe (III° Armée), 13° Groupe à chacun 3 batteries.
  • Unités de DAT (Défense Aérienne du Teritoire) : Groupes numérotés de 46 à 61 et 63° Groupe, dont les batteries sont équipés de divers matériels :
    • batteries numérotées 51,52, 53, dotées de canons de 90 CA/395,
    • batteries numérotées 121,126, 163, dotées de canons de 105 semi-fixe,
    • batteries numérotées 168 à 177, dotées de canons de 105 Long,
    • batteries numérotées 122, 124, 125, 129, 133, 134, 135 à 138, dotées de canons de 75 semi-fixe,
    • batteries numérotées 139 à 144,160 à 162, dotées de canons de 75 modèle 33,
    • batteries numérotées 123,127, 128,130 à 132, 145 à 155, dotées de canons de 75 modèle 32,
    • batteries numérotées 139 à 144, dotées de canons de 75 modèle 30,
    • batteries numérotées 165 à 167, 178 à 180 dotées de canons de 75 de campagne modèle 33 adapté,
    • batterie numérotée 164 dotée de canons de 25 mm semi-fixe.

Le 402° RADCA a eu un comportement remarquable pendant la Campagne, ses unités abattant plus de vingt appareils ennemis. Il n’a pas survécu pas à la débâcle et il a été officiellement dissous le 1/8/1940.

Le 402°RAA, période 1947-1962

Recréé à partir de groupes antiaériens de la 1ère Armée française (dont le III/421), le 402°RAA (Régiment d’Artillerie Antiaérienne) s’est installé à Commercy le 1er septembre 1947 et à Metz en 1954.

Le 9/11/1955, il y a été constitué un Groupe de marche du 402°RAA qui a été envoyé au Maroc. Il y est devenu le I/402 le 1/6/1956 et y a participé aux opérations de maintien de l’ordre jusqu’en juillet 1957, dans les régions de Fez et Beni-Mellal.

Le I/402 a été regroupé à Mediouna, au sud de Casablanca, du 25/8 au 4/12/1956, en vue de l’expédition de Suez mais n’y a pas participé.

En juillet 1957, le I/402 a été transféré en Algérie et il a opéré dans le secteur d’Orléansville jusqu’à sa dissolution qui est intervenue, le 1/8/1962, pour former les 483 et 484° unités de la force locale.

Le 1/9/1957, le 402°RAA a été transformé en Centre d’instruction et Dépôt du 402°RAA qui a été dissous le 16/7/1958.

Le 402°RAA, période 1964-1970

En 1963, ont été envoyés à l’Ecole de défense aérienne américaine de Fort Bliss (Texas, USA) des cadres qui avaient été regroupés à Kehl (RFA), au sein du 423°RAA. Ils y ont formé le "2ème Bataillon français Hawk" qui est rentré de Fort Bliss le 25/2/1964 ; avec des personnels provenant du 423°RAA, ils ont constitué l’essentiel du 402° Régiment d’Artillerie Antiaérienne (RAA) qui a été reformé à Kehl, le 1/1/1964. Effectif théorique : 56/272/714.

Au cours de l’année 1964, le régiment a perçu ses matériels et véhicules. Il était articulé en :

  • Un état-major et une batterie de commandement et des services, installés au quartier Voisin,
  • Quatre batteries de tir Hawk (dont une formée de personnels des Troupes de Marine), au quartier Bertin,
  • un DSD (détachement de soutien direct) de l’Arme du Matériel, au quartier Bertin,
  • Un Groupement d’instruction à 2 batteries, installé au quartier Voisin.

Son étendard lui a été remis en septembre 1964.

En juillet 1965, le Régiment a pris position dans la région de Munich, en vue de l’intégration de ses batteries Hawk dans la barrière de la défense antiaérienne des forces de l’OTAN, en remplacement d’unités américaines et allemandes déjà déployées :

  • PC à Dachau, équipe de liaison à Freising,
  • 2° et 3° Batteries en attente près de Dachau, en mesure de rejoindre des positions reconnues sur les bases US de Erding et Bad-Aibling,
  • 1° Batterie sur site opérationnel à proximité de Murnau,
  • 4° Batterie sur site opérationnel à Oberschlessheim.

La décision française de quitter l’organisation militaire intégrée de l’OTAN a provoqué l’abandon de cette mission et le repli du régiment sur le territoire national.

A la fin de l’année 1966, le régiment a commencé à s’installer au quartier Foch à Laon (Aisne) où son déplacement a été totalement achevé le 17/1/1967.

En 1969, le 402°RAA a été placé sous les ordres du Général commandant l’Artillerie du 1er Corps d’Armée.

Il a changé d’appellation, le 1er novembre 1970, pour devenir le 402° Régiment d’Artillerie (RA) tout en conservant les mêmes organisation, missions et installations.

Le 402° RA, depuis 1970

En 1976, le 402°RA a rejoint Châlons-en-Champagne et s’est installé dans les quartiers Corbineau (EM, BCS et DSD) et Février (Batteries de tir). Puis des travaux d’infrastructure très importants ont été effectués : construction d’une zone Auto et d’une zone technique Hawk.

En 1977, des cadres du régiment ont été envoyés à Fort Bliss pour y suivre une formation liée aux modifications du Hawk Improvement Programm (HIP). Puis les matériels Hawk améliorés HIP ont été livrés progressivement au régiment.

En 1983, une nouvelle série de modernisation du Hawk a été engagée (programmle PIP 1).

Le régiment a été affecté en 1984, pour emploi, à la 1ère Armée mais il appartenait toujours au 1er Corps d’Armée qui était chargé de sa mise en œuvre.

Au sein de l’opération Épervier, de 1986 à 1989, le personnel du régiment a contribué à assurer la défense antiaérienne de N’Djamena avec une batterie Hawk, en alternance avec le 403°RA.

Le 1er juillet 1990, le régiment est passé sous le commandement direct de la 1ère Armée.

De 1990 à 1994, le régiment a pris part aux actions extérieures dans le Golfe Persique et, dans le cadre des Nations Unies, en Yougoslavie et au Cambodge, par l’envoi d’officiers de liaison et d’engagés.

En 1992, l’organisation du régiment a été modifiée :

  • Création de la batterie des opérations (BO), qui a regroupé les moyens du PCR,
  • Création de la Batterie de commandement et de logistique (BCL).

En 1993, la Batterie d’instruction est devenue Batterie de défense et d’instruction (BDI).

Le 1er juillet 1998, le régiment a été affecté à la Brigade d’Artillerie (PC à Haguenau).

En 1999, le DSD est devenu la Batterie de Maintenance (BM), une nouvelle batterie a vu le jour, à base de réserviste (URPP) et la BDI est devenue la BBI (batterie de base et d’instruction).

Les matériels Hawk ont reçu, pendant l’année 2000, une nouvelle et importante évolution (amélioration dite PIP3/FDOC).

La même année, le Service national a été supprimé et le régiment a été entièrement professionnalisé.

S’entrainant toujours dans sa fonction antiaérienne en participant à des exercices interarmées ou interalliés, le régiment a également continué à remplir des missions de projection intérieure : aide en cas de catastrophe naturelle, protection Vigipirate. Il a assuré des missions de souveraineté en Martinique, Guyane (site de Kourou), de présence en Afrique (zone de défense aéroportuaire de Djibouti) et participé à des missions remplies dans le cadre de l’ONU ou de l’OTAN (en ex-Yougoslavie et en Macédoine).

En 2004, la BCL est devenue Batterie de commandement et de soutien (BCS). Les unités de tir du régiment ont reçu en double dotation des matériels Mistral, destinés à la défense antiaérienne à très basse altitude.

En 2005, une batterie dotée de ce type de matériel a été projetée en Côte d’Ivoire, dans le cadre de l’Opération Licorne.

Également en 2005, afin d’aligner le régiment sur les structures d’un futur régiment SAMP/T (Sol-air à moyenne portée / Terre) comprenant six sections de tir (à raison de deux par batterie), la 4°Batterie a été dissoute. Cette transformation n’a pas eu de suite puisque les mesures de restructuration prises en 2008 ont prescrit l’attribution totale du nouveau système d’arme SAMP/T à l’Armée de l’Air.

La cérémonie de dissolution du 402°RA a eu lieu le 20 juin 2012 ; ses moyens SATCP Mistral ont versés à deux régiments d’artillerie de Brigades interarmes, ses matériels et personnels "Martha" ont rejoint le 54°RA.

Les noms de bataille inscrits en lettres d’or sur la soie du régiment témoigne de la conduite glorieuse de ses membres :

  • GRANDE GUERRE 1914-1918,
  • AFN 1952-1962.

Insigne de corps : sa forme générale rappelle celle du 423° RAA qui a donné naissance au 402° RAA.

Pour avoir plus de détails sur ce Régiment, cliquer ici.


____________

Base documentaire des Artilleurs