Historiques des unités > Historiques des unités d’artillerie (régiments, groupements, groupes) : Sol-Air >
057- Historique du 57ème Régiment d’Artillerie
 

57° Régiment d’Artillerie, sol-air

Le 57°RA, en tant que corps de la subdivision d’arme sol-air, a eu une double filiation :

  • Filiation analogique, par les régiments d’artillerie ayant porté le numéro « 57 »,
  • Filiation historique : le 57°RA ayant été recréé par changement d’appellation du 7°GAAMa (Groupe d’Artillerie Antiaérienne de Marine).

Dans l’Artillerie, le numéro 57 a été successivement porté par :

  • le 57°RAC, régiment d’artillerie de campagne, de 1911 à 1919,
  • le 57°RACP (régiment d’artillerie de campagne porté), qui est issu du précédent,
  • le 57°RAMD, régiment d’artillerie mixte divisionnaire, de 1939 à 1940.

En raison du comportement particulièrement élogieux du 57°RAC, l’étendard du 57°RA est décoré de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes et porte les inscriptions : Vitry 1914, Les Monts 1917, L’Ailette 1918.

Période COLMAR, 1970-1976

Le 57° RA a été récréé à Colmar, le 1er novembre 1970, en tant que régiment sol-air de la 7° Division Blindée, par changement d’appellation du 7° GAAMa. Son premier insigne régimentaire en a été directement dérivé.

L’organisation du régiment comprenait alors une Batterie de commandement et des services (BCS), trois batteries de tir équipées de canons : une batterie (B1) dotée de blindés antiaériens AMX13 bitubes de 30, deux batteries (B2 et B3) équipées de canons tractés Bofors de 40mm, plus 1 ou 2 Half-track M16 par section, et une batterie d’instruction.

Outre sa mission de protection en campagne des forces divisionnaires, le régiment était chargé d’assurer sur alerte la défense antiaérienne de la base aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Ses activités "toutes armes" se déroulaient sur le site de Fronholtz, à proximité de Sainte-Croix-en-Plaine.

En 1975, le régiment a adopté un nouvel insigne régimentaire évoquant la 7° Division (par le Centaure), la cité de Toulouse où le régiment fut créé en 1911 et son origine Troupes de Marine.

Le régiment a changé de position et de garnison en septembre 1976, en devenant Élément Organique du 1° Corps d’Armée et en partant s’installer à Bitche, au Quartier Pagézy.

Période BITCHE, 1976-2009

Le 11 septembre 1976, le 57°RA, étendard déployé derrière son chef de corps, a fait son entrée officielle à Bitche. A son arrivée dans sa nouvelle garnison, le régiment a marqué d’emblée sa volonté de s’y intégrer, notamment par le déboisage de l’antique forteresse locale.

En juin 1979, sa modernisation a commencé avec l’arrivée de ses premiers blindés antiaériens lance-missile AMX30 Roland I (version "temps clair") et leurs véhicules blindés d’accompagnement (VAB) ; à raison de deux Roland livrés par mois, ces matériels ont équipé successivement les 2° et 3° Batteries. Il en a résulté un changement fondamental des savoir-faire et de la manœuvre régimentaire, concrétisé notamment par l’exercice "Lorraine".

Les Roland I du régiment ont défilé à Paris le 14 juillet 1981.

Le 1er Corps d’Armée (CA) étant dissous au 1er juillet 1990, le régiment est passé à cette date aux ordres du 3° CA (PC à Lille).

En 1984, les matériels de la batterie de bitubes (B1) ont été remplacés par des Roland II (version "tous temps") dont l’arrivée a provoqué également la création de la 4° Batterie Roland.

Le 1er juillet 1992 a été créée, au 57°RA, la 5° Batterie qui a été équipée du système d’arme sol-air portable lance-missile à très courte portée Mistral.

A partir de 1994, les mesures de réorganisation consécutives à l’abandon du Service national puis les décisions de non-valorisation et d’abandon du système d’arme Roland ont provoqué une mutation profonde des missions et des équipements des unités élémentaires du 57°RA qui ont été dotées du Mistral.

C’est à l’occasion de la dissolution du 53°RA, en 1997, que les Roland I du régiment ont été reversés et remplacés par des Roland II du 53°RA.

En 2008, de nouvelles mesures de réorganisation ont prescrit la dissolution du régiment à l’été 2009 et l’installation en ses lieux et place du 16° Groupe de Chasseurs, formation de l’Infanterie rentrant d’Allemagne.

La cérémonie de dissolution officielle du régiment a eu lieu le 17 juin 2009, le transfert au 16°GC des installations a été terminé le 3 juillet 2009.


____________

Base documentaire des Artilleurs