L’organisation de l’Artillerie > 2- L’Artillerie au XXème siècle > 27- La Guerre Froide 1947-1991 > Organisation de l’artillerie nucléaire française. >
3- Les unités de la Force Hadès
 

Retour

Cet article est extrait du Bulletin Historique n° 38, de l’Association des Amis du Musée de l’Artillerie à Draguignan (AMAD).

"L’aventure des fusées et les unités nucléaires de l’artillerie française". du général de division (2s) Michel ROBERT.

*

(JPG)

Le système était servi au sein d’une grande unité, la Force Hadès composée d’un régiment de lanceurs, d’un régiment des transmissions, de trois régiments de protection et, pour emploi, d’une batterie sol-air et d’un escadron de circulation routière.

(JPG)
  • Le 15èmeRA.

Chargé de la mise en oeuvre technique des 15 unités de tir Hadès, sa montée en puissance a débutée en 1991. Il effectua le premier tir de la roquette d’exercice Hadès à l’Ile du Levant en 1994. Il perdit sa mission Hadès en 1996 et fut aussitôt dissout.

  • Le 53èmeRT.

Il était chargé de la mise en œuvre du réseau de transmissions et d’informatique destiné à établir la liaison entre les hautes autorités gouvernementales et les lanceurs. L’unité expérimentale Hadès (LUXHADES) fut créée à LUNEVILLE en 1990. Elle devint 53ème RT en 1993 et perdit sa mission Hadès en 1996.

Les 149èmeRI (EPINAL) - 79èmeRI (SAINT-AVOLD) - 37ème RI (MONSWILLER).

Ces régiments de réserve étaient chargés d’assurer la protection de la Force Hadès. Ils rejoignirent la grande unité en 1993 et perdirent leur mission Hadès en 1996.

(JPG)

L’ECR (516èmeRT - TOUL).

Intégré à l’unité expérimentale Hadès à sa création, il rejoignit en 1992 le 516ème RT, tout en restant pour emploi à la Force Hadès dont il était chargé d’appuyer le mouvement des unités.

*

Organisation du régiment [1] Hadès.

Le régiment d’artillerie Hadès était constitué de sept batteries :

  • une batterie de commandement et de logistique,
  • une batterie de défense et d’instruction,
  • une batterie de maintenance,
  • une batterie de protection et de sécurité nucléaire,
  • trois batteries de tir.

La Batterie SATCP/MISTRAL (57èmeRA - BITCHE).

Intégrée au 57èmeRA, elle fut détachée pour emploi à la Force Hadès, dès sa création, pour assurer la protection anti-aérienne des sites sensibles puis des déploiements de la Force.

[1] En fait, seul le 15ème RA de SUIPPES fut équipé du système d’arme. Le 3ème RA de MAILLY, qui était le premier régiment Pluton, faillit être le deuxième régiment Hadès. Les infrastructures furent commencées (dépôt de missile et zone technique) puis la décision fut prise d’arrêter et d’équiper le 15ème RA d’une batterie de tir supplémentaire.


____________

Base documentaire des Artilleurs