Matériels d’artillerie > 2- Matériels anciens > 26- Le matériel de la Guerre froide (1946-1990) > Artillerie nucléaire 1960-1996 >
2- Le Pluton
 

Retour

Cet article est extrait du Bulletin Historique n° 38, de l’Association des Amis du Musée de l’Artillerie à Draguignan (AMAD).

"L’aventure des fusées et les unités nucléaires de l’artillerie française". du général de division (2s) Michel ROBERT .

*

Le Pluton était un missile supersonique à propulsion à poudre. Sa portée pouvait varier de 20 à 120km. Il permettait d’obtenir soit une explosion aérienne (180 à 600 mètres), soit une explosion au sol. Le missile avait une masse d’environ 2,5 tonnes pour une longueur de 7,63m et un diamètre de 0,65m. L’écart probable circulaire était de l’ordre de 200m à portée minimale et de 400m à portée maximale. La précision au but et la sécurité de fonctionnement demandées étaient assurées en vol par un système de navigation inertiel embarqué, qui lui garantissait l’autonomie et l’invulnérabilité au brouillage.

Le véhicule de tir (VT) assurait quatre fonctions principales :

  • le déplacement tout-terrain du véhicule, éventuellement chargé du missile, transportant le personnel et tous les équipements de mise en œuvre, dans des conditions optimales de sécurité,
  • le chargement du missile,
  • les liaisons radio avec l’extérieur,
  • la mise en œuvre et le tir du missile.

Le missile était constitué de trois sous-ensembles distincts stockés en conteneur, dans des lieux différents à l’intérieur d’un DAMS et assemblés en vue du tir sur une position de chargement :

  • le vecteur comportait tous les organes et équipements nécessaires à la propulsion, au guidage, au pilotage du missile et à la mise à feu de la charge militaire,
  • la munition constituait la partie avant du missile et contenait la charge militaire, la fusée d’impact et le boîtier de sûreté tactique (BST) qui ne permettait le tir que lorsque l’autorisation gouvernementale était parvenue,
  • le cœur lui conférait, après introduction dans la munition, son caractère nucléaire (10 ou 25kT).

Le vecteur était déposé sur un bâti de site, verrouillé sur le toit du véhicule jusqu’à son relèvement peu avant le tir. Le fonctionnement de la grue et du bâti de site était assuré à partir du système de génération hydraulique.

(JPG)
(JPG)

Pour en savoir plus sur ses moyens de transmissions : cliquez-ici

Pour en savoir plus sur l’organisation du régiment : cliquez-ici

Retour


____________

Base documentaire des Artilleurs