Matériels d’artillerie > 2- Matériels anciens > 25- Le matériel de la Guerre d’Algérie 1954-1962 >
Artillerie sol-sol (en Algérie)
 

Retour

Eléments extraits du livre " Artilleurs en Algérie : 1954-1962"

NationalitéCalibreDésignationModèleFiche technique
FR75mmCanon de 75mmMle 97cliquez-ici
USA75mmCanon de 75 de montagne M1cliquez ici
FR105mmCanon de 105 L SchneiderMle 1913 [1]cliquez-ici
FR105mmObusier de 105 TFMle 50cliquez ici
USA105mmObusier de 105 HM2cliquez-ici
GE105mmObusier de 105 LFH 40cliquez ici
FR155mmObusier de 155 BF 50Mle1950cliquez ici
USA155mmObusier de 155 HM1cliquez ici
USA155mmCanon de 155 Gun M1A1cliquez-ici
FR120mmMortierMle 44 et 51cliquez-ici

[1] Remarques du Colonel Bonijoly :"Je n’ai jamais entendu parler de la présence du canon de 105 L Mle 1913 en Algérie. Par contre, les sections de position à 3 pièces du barrage tunisien de mon unité, le III/28ème RA étaient armées du canon de 105 L Mle 1936. Avec sa trajectoire tendue, celui-ci n’était pas adapté au terrain montagneux des monts de la Medjerda. Le 105 Mle 1950 TF a remplacé en 1959 le canon de 105 L Mle 1936 dans les sections de position du barrage tunisien. Le service de l’obusier de 105 HM2 était assuré par 8 canonniers : pointeur tireur chargeur, artificier, 2 pourvoyeurs et 2 auxiliaires. Cf : manuels US, TED français 028 des batteries d’Algérie, etc... La confusion provient du renforcement de l’équipe reconnaissance par les canonniers auxiliaires de chaque pièce pour l’équipement de la future position et le guidage des pièces au moment de la mise en batterie. Les deux servants rejoignaient leur pièce après celle-ci. Cette procédure a d’ailleurs été entérinée dans les années 1970 par un TED des batteries métropolitaines qui affectait les canonniers auxiliaires à l’équipe "reconnaissance". Le canon de 155 G M1 a été attribué comme 4ème pièce à certaines sections de position de barrage tunisien. C’est le cas de la section du Fedj Takouk, sous-secteur frontière du Tarf, secteur de Morris-La Calle, qui compte tenu de son éloignement de la frontière, lui permettait de tirer éventuellement en Tunisie. Pour compléter votre information, le canon de 155 G M1 a été monté sur le châssis du char léger M24 Shaffee, sous le nom de canon de 155 M40. Celui-ci a armé le 17ème RA recréé en 1952 sous le commandement du chef d’escadron Bidard."


____________

Base documentaire des Artilleurs