Matériels d’artillerie > 2- Matériels anciens > 21- Des débuts à 1914 > L’emploi de l’artillerie de 1815 à 1914 >
2- Les matériels d’artillerie vers 1860 - Système de La Hitte
 

Retour

Ne sont pas compris les nombreux matériels du système Valée toujours en service.

Le système de La Hitte

 [1]

Des tirs, effectués en Angleterre avec les canons du capitaine piémontais Cavalli, n’ayant pas été concluants, le Comité décide de reprendre le système proposé en 1847 par le capitaine Tamisier « dont l’obus oblong est muni d’ailettes prenant les rayures lors du chargement par la bouche ». Les ailettes sont ensuite remplacées par des tenons fixes et les rayures sont faites selon le procédé Treille de Beaulieu. Les premières pièces à bénéficier de ce système sont les pièces de 24 envoyées au siège de Sébastopol.

Le principe est alors appliqué aux pièces de 6. Les tenons seront testés jusqu’à ce qu’ils ne détériorent plus l’âme des tubes. Le général La Hitte, alors président du Comité, fait remplacer le tube de 6 par un tube de 4 et modifier le tracé des rayures. Aux essais, la pièce de 4 rayée est jugée excellente au point qu’une batterie est préparée pour l’expédition en Kabylie.

Le chef d’escadron de Beaulieu réalise une pièce de 4 rayée dont les obus portent 2 tenons par rayure, afin d’éviter les battements dans le tube. Le système est finalement adopté en mars 1858, avec cette pièce de 4 pour l’artillerie de campagne, celle de 12 rayée pour l’artillerie de siège et place, celle de 24 pour l’artillerie de côte et place. Une pièce de 4 de montagne est aussi décidée. L’Empereur décide enfin que ce système portera le nom du général de La Hitte . Ces matériels feront leurs preuves pendant la campagne d’Italie de 1859 et s’y montreront techniquement « très supérieurs à l’artillerie lisse autrichienne ».

DésignationCalibreLongueurPoidsVit.PortéePoidsPoidsPoids
en calibreobusinit.maxipièce en bat.voit. piècevoit. caisson
(mm)(kg)(m/s)(m)(kg)(kg)(kg)
 [2] [3]
Canon de 4 rayé de campagne Mle 185886,518,44343320070212721310
Canon de 12 rayé de campagne Mle 1853-1859121,31711,52883000118919371844
Canon obusier lisse de 12 Mle 1853121174,14502500119919471844
Canon de 12 rayé de siège [4]121,318,811,5317340014742000
Canon de 24 rayé de siège152,715,723,2291500032003700
Canon de 12 rayé de place [5]121,32611,535752003421
Canon de 24 rayé de place [6]152,72323,233855004631
Canon de 30 rayé de côte164,71931,430159007930
Canon de 4 rayé de montagne Mle 185986,51142372700218
 [7]

Les pièces rayées ont un tir réglé pour 3000m et trois sortes de projectiles : l’obus ordinaire, l’obus à balles et la boîte à mitraille.

Le système La Hitte tombe en désuétude dès 1870 avec les travaux de Jean-Baptiste Verchère de Reffye et le développement du chargement des canons par la culasse.Les leçons sont ainsi tirées de la défaite devant les Prussiens qui disposaient déjà de matériel, avec chargement par la culasse, et de fusées réglables.

[1] paragraphe rédigé à partir du livre "Histoire de l’artillerie française" de Michel Lombarès et les généraux P.Renaud et Cazelles, Boussarie et Coulloumme-Labarthe.

[2] Sauf le canon de 30 de côte qui tire uniquement des obus, toutes les pièces tirent des obus ordinaires, des obus à balles et des boites à mitraille, nouveau nom des boites à balles pour éviter la confusion avec les obus à balles.

[3] Pour ces matériels en bronze rayés système de La Hitte, l’écart probable est de 1% de la portée.

[4] Ancien canon de campagne de 12 rayé

[5] Ancien canon de 12 de place rayé en 1865.

[6] Ancien canon de 24 place rayé en 1864.

[7] En deux fardeaux


____________

Base documentaire des Artilleurs