Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’artillerie Nucléaire >
Qu’est-il advenu du système nucléaire tactique Lacrosse ?
 

Un lecteur Belge de ce site (Basart) m’ayant fait part de son étonnement de voir figurer des rampes Lacrosse, avec les rampes Honest John sur un document d’organisation de l’armée de terre française publié également sur ce site, sur les structures des divisions de l’année 1959, il m’est apparu utile de parler un peu plus de ce fameux projet américain qui fut heureusement abandonné au profit de l’Honest John.

Je remercie en passant deux amis, Pierre Saint-Pôl et Gaston Dessornes, pour leur utile contribution.

Le site Wikipédia consacre un article à ce système Lacrosse (avec une photo). Voir en particulier l’origine sportive du nom qui lui est donné.

Ce qu’il faut retenir, c’est que cet armement nucléaire tactique avait pour vocation l’appui des troupes au sol, en complément de l’artillerie de campagne conventionnelle. Ce qui est original (et moderne) dans son concept c’est qu’il délivre sa munition et en donne le contrôle pour son guidage final à un détachement avancé qui a la vue sur l’objectif.

Son développement étant mal maîtrisé [1], long et coûteux, le missile pas fiable [2] et, manifestement, la technologie de communication [3] pas encore au rendez-vous pour le guidage final, le projet [4] initié en 1947 se concrétise en 1959 dans l’US Army, puis est retiré du service en 1964..

(JPG)
Missile Lacrosse
Le moteur détermine le missile
(JPG)
Missile Lacrosse
Premier propulseur Lacrosse

Pour en savoir plus sur le missile Lacrosse, voir ce document transmis par Pierre Saint-Pôl.

[1] Il est dit que l’on recherchait une performance allant au-delà du besoin initialement exprimé.

[2] Voilà ce qu’en pense Gaston Dessorges :
À la même époque la France étudiait le futur SE 4200 et sa descendance les CT-10 et 20. Les Américains, pas ou peu satisfaits de leur Lacrosse, avaient discrètement participé aux dépenses de recherche.
On verra d’ailleurs aussi leur aide pour le Parca qui reprenait les propulseurs Nike-Ajax puis (mais plus tard) leur participation au Javelot lui-même un descendant américain du Loki, petit-fils du TAIFUN allemand ! (Quelle famille !)
Il est donc plus que probable que la France, si elle l’avait même envisagée, Lacrosse n’a pas été (Dieu merci) en dotation chez nous. Ce missile était, selon un E-8 américain de ma connaissance qui l’avait pratiqué, « a real bitch... ». Quant à être nucléarisé, seul les gens de Johns Hopkins University pouvaient l’imaginer...
Pour propagande en direction des Soviets ?
On eut la sagesse d’attendre les Honest John.

NDR : Merci à Gaston pour les images fournies, de sa collection personnelle.

[3] avec une grande sensibilité aux contre-mesures électroniques

[4] Selon Pierre Saint-Pôl :
Le Programme, commencé en 1947 sous le nom SSM-N-9 pour le Marine Corps, est transféré à l’US Army en 1950 sous le nom de SSM-G-12. Adopté en 1954 comme missile M4, il est mis en dotation dans l’artillerie US en 1959. Le nombre total de bataillons US formés est de 8, dont 6 déployés en Europe (1 en Corée et 1 en réserve stratégique). Retiré du service par l’US Army en 1964 en raison de sa sensibilité au brouillage.
Pour plus de détails consulter ce document. .


____________

Base documentaire des Artilleurs