L’organisation de l’Artillerie > 1- Des débuts à la fin du XIXè siècle > L’artillerie de la République du 4 septembre 1870 > L’artillerie de l’Armée du Nord (octobre 1870 - mars 1871) >
4- Les unités d’artillerie de l’armée de campagne
 

Les unités d’artillerie de l’armée de campagne

Il s’agit là d’énumérer les batteries (types de matériel) mises en ligne, leur provenance (avec si nécessaire la date de leur création), leur(s) commandant(s) et leur(s) grande(s) unité(s) d’appartenance(s) :

  • 1° batterie mixte (de 12) de la Marine : lieutenant de vaisseau La Chapelle puis Rolland : réserve d’armée.
  • 2° batterie mixte (de 12) de la Marine : lieutenant de vaisseau Meusnier (tué le 27 novembre 1870) puis Gaigneau d’Etioles : réserve d’armée.
  • 3° batterie (de 12) du 12° régiment (batterie venue de Mézières) : capitaine Reiffel (ensuite nommé au commandement de la 5° compagnie d’ouvriers d’artillerie) puis capitaine Chaton (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 2° division du 22° corps) puis capitaine Beauregard : 2° division du 22° corps.
  • 3° batterie bis (8 rayé de campagne) du 12° régiment : capitaine De Montebello (ex capitaine en second de la 3° batterie du 12°) : 1° division du 22° corps d’armée.
  • 1° batterie du 15° régiment d’artillerie : lieutenant Bocquillon (ensuite nommé au commandement de la 2° batterie du 15° régiment) puis sous-lieutenant Veyriras puis lieutenant Gaillard de Bournazel (ensuite nommé adjoint du lieutenant-colonel Charon) puis lieutenant André puis capitaine Monier : sert de dépôt à Douai.
  • 1° batterie bis (de 4 de campagne) du 15° régiment d’artillerie (créée le 23 juillet 1870) : capitaine Ravaut (échappé de Sedan, ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 1° division du 23° corps) puis capitaine Collignon (ex lieutenant à la 2° ter batterie du 15°) : 1° division du 22° corps.
  • 1° batterie ter du 15° (créée le 19 novembre 1870) : capitaine en second Durand (évadé de Metz, ensuite nommé adjoint du commandant Charon), puis capitaine Marx (ensuite nommé au commandement de la 2° batterie ter du 15° régiment) puis capitaine Beuzon : sert de dépôt à Lille.
  • 2° batterie (de 4 de campagne) du 15° régiment : capitaine Pigouche (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 1° division du 22° corps) puis capitaine Bocquillon (ex lieutenant à la 2° batterie du 15°) : 1° division du 22° corps d’armée.
  • 2° batterie bis du 15° (créée le 23 juillet 1870) : capitaine Baudot : garnison à Valenciennes puis à Douai.
  • 2° batterie ter (de 4 de campagne) du 15° régiment (créée le 1 novembre 1870) : capitaine Grandmottet (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 2° division du 22° corps) puis capitaine Beuzon (ensuite nommé au commandement de la 1° batterie ter du 15° régiment) puis capitaine Marx : 2° division du 22° corps d’armée.
  • 3° batterie bis (de 4 de campagne) du 15° régiment (créée le 28 novembre 1870) : capitaine Cornet (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 1° division du 22° corps) puis capitaine Chastang : 2° division du 22° corps d’armée.
  • 3° batterie ter (de 4 de campagne) du 15° régiment (créée le 3 décembre 1870) : capitaine Halphen (ex lieutenant de la 3° batterie du 12° régiment) : 1° division du 23° corps d’armée.
  • 4° batterie bis (de 4 de campagne) du 15° régiment (créée le 11 décembre 1870) : capitaine Monier (ensuite nommé au commandement de la 1° batterie du 15° régiment) puis capitaine Dieudonné : réserve d’armée puis 1° division du 23° corps d’armée.
  • 7° batterie (de 4 de campagne) montée des mobiles du Pas de Calais (aussi dénommée batterie mobile d’Arras, formée en septembre 1870) : capitaine Dupuich (prisonnier le 10 janvier 1870) puis capitaine Belvalette : 1° division du 23° corps d’armée.
  • 1° batterie montée (4 de montagne) des mobiles de la Seine-Inférieure : capitaine Dieudonné (ex lieutenant de la 3° batterie du 12° régiment, ensuite nommé au commandement de la 4° batterie bis du 15° régiment) puis capitaine De Belleville : réserve d’armée.
  • 2° batterie montée (4 de montagne) des mobiles de la Seine-Inférieure : capitaine Montégut : 2° division du 23° corps d’armée.
  • 4° batterie (4 de montagne) montée des mobiles de la Seine Inférieure : capitaine De Lannoy : 2° division du 23° corps d’armée.
  • batterie des Mobiles du Finistère (4 de montagne) : capitaine Benoist : 2° division du 23° corps d’armée.
  • Batterie de la Marine armée de canons Armstrong (construction anglaise) : 22° corps lors de la bataille de l’Hallue (23 décembre 1870) puis brigade Pauly. Lors de la bataille de l’Hallue, ces canons ne rendirent pas tous les services attendus. Ils se détériorèrent rapidement et durent être remplacés avant la fin de la journée.
  • Batterie de la brigade Isnard : formée à partir d’un détachement de la 1° ter batterie du 15° régiment (4 pièces de 4 de montagne) commandé par le sous-lieutenant Wishoffe, et deux détachements de la garde mobile, l’un avec 2 canons de 4 de campagne, l’autre avec 4 canons de montagne. Le sous-lieutenant reçoit ensuite le commandement de l’ensemble, renforcé de deux obusiers lisses de 15, soit un total de 12 pièces.

Nota : pour le 15° régiment d’artillerie, les 1°, et 2° batteries à pied, rentrées à Douai ont été la base de la formation de batteries de l’armée du Nord : 1° bis, 1° ter, 2° ter, 3° bis, 3° ter et 4° bis. La 1° batterie à Douai et la 1° batterie ter à Lille ont servi de dépôts pour entretenir ces batteries à l’effectif de guerre.

Note de la rédaction :

Tout au long de cette rubrique sont citées différentes sortes de canons (de 4, de 8, de 12...). Pour ne savoir plus sur ces matériels, suivre ces liens/

Article suivant

Retour au Plan


____________

Base documentaire des Artilleurs