L’organisation de l’Artillerie > 1- Des débuts à la fin du XIXè siècle > L’artillerie de la République du 4 septembre 1870 > L’artillerie de l’Armée du Nord (octobre 1870 - mars 1871) >
3- Composition de l’artillerie de l’armée du Nord à la mi-janvier 1871
 

Composition de l’artillerie de l’armée du Nord à la mi-janvier 1871

Au niveau de l’Armée

Commandant de l’armée : général Faidherbe.

Major général : général Farre.

Commandant de l’artillerie : lieutenant-colonel Charon (ex chef d’escadron du 15° régiment d’artillerie).

  • Adjoint au 15 novembre : lieutenants puis capitaines Durand (issu du 17° régiment d’artillerie à cheval, grièvement blessé le 27 novembre 1870) et Gaillard de Bournazel.
  • Chef d’état-major de l’artillerie : chef d’escadron Bodin.

Le noyau des responsables de l’artillerie de l’armée du Nord est majoritairement issu des cadres du 15° régiment d’artillerie car ce dernier est cantonné à Douai.

A Lille, le commandant d’artillerie Queille poursuit le travail d’organisation de nouvelles batteries.

Au niveau du 22è Corps d’armée [1]

Commandant du corps d’armée : général Lecointe.

Commandant de l’artillerie : lieutenant-colonel Charon (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de l’armée du Nord) puis chef d’escadron Pigouche au 27 décembre 1870.

1ère division

Commandant la 1° division : général Derroja

  • commandant de l’artillerie : chef d’escadron Pigouche (ensuite nommé au commandement de l’artillerie du 22° corps) puis capitaine Cornet.
    • trois batteries (1 de 8 et 2 de 4) :
      • 3° batterie bis (8 rayé de campagne) du 12° régiment d’artillerie,
      • 1° bis batterie (de 4 de campagne) du 15° régiment d’artillerie,
      • 2° Batterie (de 4 de campagne) du 15° régiment d’artillerie.

2ème division

Commandant la 2° division :général Dufaure du Bessol

  • commandant de l’artillerie : commandant Queille (envoyé ensuite à Lille pour l’organisation des nouvelles batteries) puis commandant Grandmottet (ensuite nommé au commandement de l’artillerie du 23° corps) puis commandant Chaton.
    • trois batteries :
      • 2° ter batterie (de 4 de campagne) du 15° régiment d’artillerie,
      • 3° batterie bis (de 4 de campagne) du 15° régiment d’artillerie,
      • 3° batterie (de 12) du 12° régiment.

Au niveau du 23° corps d’armée [2]

Commandant du corps d’armée : général Paulze d’Ivoy.

Commandant de l’artillerie : chef d’escadron Grandmottet.

1ère division

Commandant la 1° division : général Payen

  • commandant de l’artillerie : capitaine Cornet (ensuite nommé au commandement de l’artillerie de la 1° division du 22° corps) puis capitaine Ravaut.
    • trois batteries :
      • 7° batterie (de 4 de campagne) montée des mobiles du Pas de Calais,
      • 4° batterie bis (de 4 de campagne) du 15° régiment
      • et 3° batterie ter (de 4 de campagne) du 15° régiment.

2ème division

Commandant la 2° division : général Robin

  • commandant de l’artillerie : commandant de Saint-Wulfran.
    • trois batteries de 4 de montagne :
      • 2° et 4° batteries (4 de montagne) montées des mobiles de la Seine Inférieure,
      • batterie (de 4 de montagne) montée des mobiles du Finistère.

Réserves d’armée

Réserve générale d’artillerie : lieutenant de vaisseau Giron.

  • Artillerie de réserve d’armée :
    • deux batteries de 12 :
      • 1° et 2° batteries mixtes de la Marine
    • et 1° batterie (de 4 de montagne) montée des mobiles de la Seine-Inférieure.
  • Parc de réserve.

Brigades

L’armée du Nord comporte 2 brigades détachées :

  • La Brigade Isnard cmprend :
    • une batterie composée de 8 pièces de 4 de campagne, 2 pièces de 4 de montagne et 2 obusiers lisses de 15 ; elle est commandée par le sous-lieutenant Wishoffe [3].
  • La Brigade Pauly comprend :
    • une batterie de 4 canons Armstrong servie par des marins à partir de janvier 1871.
    • la 2° batterie bis du 15° régiment (capitaine Baudot) qui tient garnison à Valenciennes jusqu’au 19 décembre 1870 puis à Douai jusqu’à la fin des hostilités.

Note de la rédaction :

Tout au long de cette rubrique sont citées différentes sortes de canons (de 4, de 8, de 12...). Pour ne savoir plus sur ces matériels, suivre ces liens/

Article suivant

Retour au Plan

[1] Le 22° corps d’armée est mis sur pied en octobre 1870 par le général Farre, ancien colonel du Génie et directeur des fortifications à Lille, à partir des bataillons en formation dans les dépôts et des mobiles des départements de l’Aisne, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme.

[2] mis sur pied en décembre 1870 par le général Faidherbe, à partir du 22° corps d’armée et des mobilisés du Nord.

[3] A la bataille de Saint-Quentin, le 19 janvier 1871, elle ne disposait plus que de 10 pièces dont 4 pièces de montagne, 4 de campagne et les 2 obusiers.


____________

Base documentaire des Artilleurs