L’organisation de l’Artillerie > 1- Des débuts à la fin du XIXè siècle > L’artillerie des deux Empires > Le régiment d’artillerie à cheval de la Garde Impériale sous le second empire >
3- La Campagne d’Italie (1859)
 

La campagne d’Italie (1859)

En 1859, le régiment est toujours commandé par le colonel De Rochebouet de Grimaudet et il comporte 6 batteries :

  • 1° batterie : capitaine Bergère ;
  • 2° batterie : capitaine Caen ;
  • 3° batterie : capitaine De Lajaille ;
  • 4° batterie : capitaine De Rollepot ;
  • 5° batterie : capitaine Chatillon ;
  • 6° batterie : capitaine Brisac ;
  • Cadre de dépôt : capitaine De Beaulaincourt.

Les chefs d’escadron sont : Demolon, De La Fitte et Belu.

Les 3°, 4°, 5° et 6° batteries participent à la campagne d’Italie. A cette occasion, le régiment recevra 8 légions d’honneur et 15 médailles militaires.

Lors de la bataille de Magenta, le 4 juin 1859, les 3° et 4° batteries, commandées par le chef d’escadron De La Fitte, sont affectées à la 1° division (zouaves et grenadiers) de la Garde Impériale (général Mellinet).

Les 5° et 6° batteries, commandées par le chef d’escadron Demolon, sont affectées à la 2° division (voltigeurs et chasseurs à pied) de la Garde Impériale (général Camou).

La division Mellinet est d’abord engagée, et tout particulièrement la 3° batterie. Cette batterie a la malchance de voir sa 4° pièce (un des nouveaux canons rayés de 4) capturée, malgré la défense de ses servants, dont l’adjudant Bouisson, qui se fait tuer d’un coup de fusil après en avoir brisé la hausse.

La 4° batterie, restée en soutien, est engagée en fin d’après-midi. Les deux batteries de la division Camou ont également donné avec l’artillerie du 2° corps d’armée.

Pour la bataille de Solferino, 24 juin 1859, les deux divisions d’infanterie de la Garde Impériale sont installées à Montechiaro. Huit batteries d’artillerie dont celles de la Garde et la division de cavalerie de la Garde sont à Castenodolo.

Deux bataillons du 2° Voltigeurs de la Garde de la division Camou emportent la tour et le couvent de Solferino, soutenus par l’artillerie à cheval de la Garde qui installe ses batteries sur la route de Cavriana. Les troupes autrichiennes voulurent reprendre ces positions mais renforcées, les troupes françaises maintiennent leurs positions. L’artillerie de la Garde a soutenu les voltigeurs de la Garde tout le long de ce combat. Cette action a permis la rupture du centre des lignes autrichiennes et a contribué à la victoire française.


____________

Base documentaire des Artilleurs