Matériels d’artillerie > 02- Tableaux et fiches techniques > 32- Fiches techniques des pièces du musée > 2- Matériels américains > Radars >
Le SCR 268
 

Le radar SCR-268

(JPG)

Les canons antiaérien de 90mm américains furent cédés aux Français à partir de novembre 1943, mais en fait ces derniers ne reçurent que très progressivement les radars SCR 268 et SCR 584 associés, pour la conduite de tir [1]

Le SCR 268 [2] était utilisé pour la mise en direction des projecteurs (ce qui peut expliquer les rampes visibles sur la photo).

Selon les procédures mises au point par les Américains, les groupes antiaériens français se raccordaient à des centres de renseignement de l’AAAIS (Anti Aircraft Artillery Information System) dotés de radars SCR-268 et alimentés en information par l’Armée de l’air.

Complément apporté par Monsieur G.J Dessornes, aux éléments d’identification apprtés par le LCL (er) J.P. Pailhès.

(JPG)

Ce premier radar opérationnel américain fut au départ décliné en deux versions : le SCR-268 et le SCR-268T.

’T" pour thermique !!

En effet les états-majors (dont la Navy) ne croyaient pas beaucoup à la DEM qui n’était pas prouvée alors que, dès le premier voyage du Normandie en 1935, l’équipe du Professeur Marcel Golay du labo du SCR avait détecté le paquebot à l’horizon. On avait aussi déterminé qu’une des cheminées d’un autre navire était factice !

A 30Km ... ça tenait du miracle ! Les deux versions, en binôme, pouvaient en principe « coopérer » et satisfaire aux besoins de l’artillerie côtière américaine.

Le SCR-268 était un radar de guet (le mot n’existait pas encore). Il fut ensuite modifié pour conduire les projecteurs AA des US Marines. Il fut encore modifié pour la conduite de tir des 88 américains avec - provisoirement- des APT Vikers (les 90 et les APT M6 et M7 viennent plus tard). Il reçoit enfin un IFF dans sa version "90mm" qu’on voit pendant la campagne de France dans les Vosges.

(JPG)
SCR 628 avec IFF
Collection G J Dessornes

Il redevient radar de guet avec la mise en service du SCR-584. Il est ensuite remplacé, aux USA, pour le guet, par l’AN/TPS-1. La version "conduite de projecteurs" du 268 est remplacée par l’AN/TPL qu’on verra en particulier au 401, au 405 et à l’ESAA).

En France à partir de 1946, le 268, pour la fonction de guet, et avant la disponibilité des TPS, il est remplacé par le GL-2 anglais ...mais c’est une autre histoire.

Les officiels n’avaient pas beaucoup apprécié le remplacement du 268 par le 584. Bien que très largement supérieur, ils trouvaient que le confort offert par le 584 "chouchoutait" trop ses opérateurs dans une cabine climatisée alors que le ’Vieux 268" exposait les siens aux mêmes rigueurs climatiques que les canonniers aux pièces....

Il fallut l’intervention des "Big boss " du MIT pour faire reculer les "étoiles" (« Les doigts gelés sont incapables de régler les scopes et d’exécuter des réparations délicates...) !

La photo que vous montrez est celle d’un 268 « bricolé » pour abriter (un peu) les opérateurs assis sur des sièges face aux scopes.

Cordialement.

G J Dessornes

Autre intervention de G Dessornes

C’est le bon 268, vu de dos, bricolé pour mettre les opérateurs à l’abri des éléments. Les Gi’s en hiver 44 avaient aussi « amélioré » leur 268 (j’ai des photos)...

(JPG)
SCR 628
Collection G J Dessornes

L’US Army s’était toujours opposée à rendre ses matériels radar confortables puisque la "Biff" , elle, était dehors... Fallait pas faire de jaloux !!!

En fait l’histoire de MIT, l’inventeur du 584 raconte comment ils ont convaincu les officiels de mettre le fameux radar SCR-584 en cabine et, de plus, avec une CLIM ... SVP !

En plein hiver (et ça caille dur dans le Massachusetts) au cours d’une balade thérapeutique dans un bosquet, un des ingénieurs principal prêta ses jumelles de théâtre (donc assez petites) au général responsable financier du projet pour observer un oiseau (ou autre chose...) et de régler la jumelle.... Hélas impossible avec des doigts engourdis...

"Général, devinez alors comme c’est facile de faire un réglage fin sur un châssis radar gelé en plein vent, dehors !! »

Ceci explique aussi la cabine du 584 qui était en fait une remorque de l’intendance rafistolée et étayée par 4 supports extérieurs pour l’empêcher de bouger quand l’antenne est en recherche ; et GE, le constructeur, en resta là !

Une version du 584, le 784 fut construite, soit disant, pour les Marines qui était sur deux roues et à tous vents. Le Col Leyzat, alors sergent des TRANS, fut envoyé aux US pour l’étudier.

Dieu merci on l’a échappé belle. Merci (on a eu le) COTAL !

Have fun

Dessornes

[1] Les groupes français de 90 ne toucheront leurs premiers radars qu’en 1945, deux ans après les unités américaines.

[2] Fruit des recherches anglaises menées par Waston WATT.


____________

Base documentaire des Artilleurs