Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’Artillerie d’Afrique > Historique de l’artillerie de la 2° Division d’Infanterie Marocaine (1942-1945) > 2- L’offensive de printemps >
1- La conquête du Mont MAJO.
 

La conquête du Mont Majo

Tandis que la 2ème D.I.M. jouit en Campanie d’un repos auquel lui ont donné droit plus de trois mois de dure campagne, une troisième division française a fait son apparition sur le théâtre d’Italie. C’est la 4ème D.M.M. Elle est engagée sur le front du Garigliano et appuyée par le 64ème R.A.A.

Les ordres qui prescrivaient la relève de la 2ème D.I.M. prévoyaient aussi des reconnaissances à effectuer par les groupes de l’A.D./2 en vue de renforcer le 64ème R.A.A. Les II/63 et IV/63 prennent position le 10 avril, tandis que les I/63 et III/63 ne mettent en batterie que les 7 et 8 mai.

Il apparaît dès maintenant que le front tenu par la 4ème D.M.M., actuellement très large, sera partagé entre les trois divisions du C.E.F. En réalité, une quatrième division est en cours de débarquement et participera elle aussi aux prochaines opérations, c’est la 1ère D.M.I.

Les projets d’offensive générale, qui ont été révélés le 25 avril au Général commandant l’A.D./2 sont bientôt connus des échelons subordonnés, des reconnaissances discrètes ayant été prescrites. Des travaux sont même entrepris aux futures positions, sauf pour les I/63 et III/63, qui auront à s’installer de l’autre côté du Garigliano, dans la tête de pont conquise par les Américains. Et chacun, sentant qu’il s’agit cette fois de frapper un grand coup, s’y prépare de toute son âme. Les moyens mis en œuvre seront, paraît-il, importants. Les munitions d’artillerie ne manqueront pas. Un ordre du jour du Général Alexander révèle que l’Armée d’Italie doit être engagée la première dans la grande offensive de printemps. En réalité, c’est le C.E.F. qui frappera au point décisif et, dans le C.E.F. c’est à la 2ème D.I.M. que reviendra l’honneur d’effectuer la percée.

La manœuvre a été conçue par le Général Juin et approuvée par le Général Clark, commandant la 5ème Armée Américaine. Il s’agit d’attaquer le Mont Majo en suivant la ligne de crête, perpendiculaire au front.

L’ennemi n’a pas pu ne pas se rendre compte de nos préparatifs et les documents capturés prouvent qu’il s’attend à l’attaque. Mais, comme on le saura plus tard, il estime que le terrain difficile interdit toute action décisive en direction du Mont Majo.

La 2ème D.I.M. mènera donc l’action de rupture. Initialement les feux de l’A.D./1, de l’A.D./3 et du 64ème R.A.A. ainsi que ceux de quatre groupes américains renforceront les feux de sa propre artillerie, en tout 12 groupes de 105 et 7 groupes de 155. C’est au Général commandant l’A.D./2 que revient la tâche de mettre sur pied un plan de feux pour que cette masse d’artillerie, impressionnante si l’on songe que le front de la 2ème D.I.M. n’est que de deux kilomètres.

Le 11 mai, tout est prêt. Chacun attend avec une confiance absolue que sonne l’heure H. Le P.C. de l’A.D. s’est établi à Sipicciano d’où l’on domine remarquablement les environs. Le Colonel Lassus rejoint le P.C. tactique de la Division, de l’autre côté du Garigliano, dans la cuvette d’ « Harrogate », à 6 km S.E. du sommet du Mont Majo, d’où il commandera l’artillerie d’appui direct.

Tard dans la soirée, on apprend que l’heure H est fixée à 23 heures. À l’A.D., tout le monde se rassemble sur la terrasse quelques instants auparavant. Les ordres ont été donnés dans les moindres détails ; chacun sait depuis longtemps ce qu’il doit faire et les tirs se déclencheront comme actionnés par un mécanisme d’horlogerie. Donc pas de sujet d’affolement ! Tout est calme, d’un calme impressionnant. La nuit est sereine, l’air délicieux à respirer. Soudain sur la crête d’en face apparaissent des multitudes de petites lueurs et pendant quelques secondes, le silence persiste. Le son n’est pas encore arrivé jusqu’aux spectateurs. Phénomène curieux ! Puis les détonations succèdent aux détonations. La canonnade se prolonge pendant des heures. Des centaines de canons concentrent leurs feux sur ce petit coin de terre. Les obus fumigènes se reconnaissent à leur flamme plus large et plus prolongée. Un incendie s’allume. C’est un dépôt ami de munitions d’infanterie qui saute.

Les renseignements sont lents à parvenir. Et pourtant chacun est avide de savoir, car il a fait du succès de l’attaque une affaire personnelle. Ce n’est que le lendemain au petit jour que les résultats de l’attaque sont connus. Ils sont décevants. Le 8ème R.T.M. a bien prit le Mont Faito, mais le 4ème R.T.M. a été presque immédiatement arrêté par les feux provenant du Girofano et du Cerasola. Étant donné l’importance de l’effort, un si faible gain est bien près d’un échec. La consternation se lit sur tous les visages.

Dans la journée du 12, l’espoir renaît. Le Général Juin est passé au P.C. de la Division. Il est monté à l’Ornito où, dans l’abri du Colonel Cailles, commandant l’I.D., il a présidé une longue conférence. L’attaque sera reprise sur le Feuci et le Cerasola dès 14 heures.

La préparation de l’artillerie de l’A.D./2, renforcée par l’A.D./1, commence à 12h30. Mais à 13 heures l’ennemi déclenche sur le Faito une contre-attaque immédiatement prise à partie par les tirs du III/63 et du III/64. Le Sous-Lieutenant Dupouts, qui les observe, est debout sur l’arête du Faito. La situation s’aggravant, il doit un moment tirer derrière son observatoire sur des éléments ennemis qui se sont avancés dangereusement et menacent de l’encercler avec les fantassins qu’il appuie. Ces tirs, on le saura plus tard, ont coûtés à l’assaillant des pertes extrêmement sévères et, atteignant le moral allemand, auront une influence sensible sur les succès ultérieurs. L’attaque, contrariée par l’initiative ennemie, est remise au lendemain.

Si les tirs d’artilleries ont été si précis, nos observateurs avancés ont une fois de plus chèrement payé cette précision. Le Capitaine Guinard, du III/63, a été blessé dans la nuit du 11 au 12 à l’observatoire de l’Ornito. Le Sous-Lieutenant Deprey est monté le remplacer au cours de la matinée du 12. On sera bientôt sans nouvelle de lui et ce n’est que quelques jours plus tard qu’on retrouvera son cadavre, percé d’une balle en pleine poitrine.

L’acharnement de l’ennemi à défendre le cirque montagneux Feuci-Majo-Agrifoglio-Girofano-Cerasola ne changera plus les plans de commandement. Le 13 mai, le 5ème R.T.M. est engagé entre le 8ème R.T.M. et le 4ème R.T.M. Il mènera deux attaques successives appuyées par les feux de l’A.D./2, de l’A.D./1 et de l’A.D./3.

La première attaque est déclenchée à 4 heures précédée d’une préparation de 45 minutes, la deuxième débute à 8 heures, précédée d’une préparation d’une heure et demie. À 9 heures, le Feuci, le Cerasola et le Girofano sont occupés. La nouvelle sème l’allégresse. Le succès a couronné nos efforts, le Général de Division prescrit de l’exploiter au maximum.

En fin de matinée, un piper-cub signale des mouvements de troupes ennemies remontant les ravins qui entourent l’Agrifoglio. C’est la contre-attaque qui se prépare. Mais elle n’aura pas lieu, car l’artillerie intervient. Tous les groupes disponibles sont alertés et exécutent des concentrations sur les ravins indiqués. Bientôt les Allemands, impuissants devant la violence de nos tirs, refluent sur Vallemajo.

Vers 14 heures, est intercepté un message ennemi donnant l’ordre général de repli. À 17 heures, l’Agrifoglio, le Rinchino et l’imposant Mont Majo sont entre nos mains. C’est non seulement le succès, mais la victoire.

La victoire du Mont Majo ! Ce nom restera gravé dans toutes les mémoires. Tous ceux qui y furent ne pourront s’empêcher d’éprouver un mouvement d’orgueil en retrouvant, non seulement dans « Patrie », journal de l’Armée Française en Italie, mais dans tous les journaux alliés, le nom prestigieux de ce massif conquis par la 2ème D.I.M.

Artilleurs de l’A.D./2 vous avez votre part de gloire. Vous tous, observateurs, téléphonistes, radios, servants, jusqu’au plus humble pourvoyeur, vous avez contribué à cette magnifique victoire. Et pendant plusieurs jours, les fantassins viendront vous dire les ravages que vous avez commis dans les rangs adverses : les cadavres du Girofano, les lance-flammes du Cerasola démolis avant d’avoir servi. Ils vous remercieront, en pensant avec une horreur rétrospective au mal que ces engins auraient pu faire chez eux.

La victoire du Mont Majo illustre remarquablement la puissance de l’Artillerie employée en masse et réfute les arguments de ceux qui la croient appelée à disparaitre dans la guerre moderne. Ni l’aviation, ni les chars, à supposer qu’ils aient pu être utilisés dans ce terrain, n’étaient capables de réaliser cette soudaineté, cette précision et cette action de masse, qualités qui ont fait la valeur de la préparation sur le Cerasola et brisé la contre-offensive du Faito.

Le 14 mai, l’exploitation commence, non seulement pour le 2ème D.I.M., mais aussi pour les Divisions voisines.

La prise du Massif du Majo qui domine toute la région devait normalement être suivie d’un vaste décrochage. L’effet prévu ne manque pas de se produire, mais les routes sont peu nombreuses et, dans sa hâte,l’ennemi doit abandonner un abondant matériel.

Et dès lors commence la poursuite, enivrante, génératrice d’une joie féroce. C’est la guerre de mouvement, la guerre fraîche et joyeuse que chacun attendait depuis si longtemps. Le rythme de l’avance est variable. Le P.C. de l’A.D., ceux des groupes, s’installent parfois pour deux ou trois jours. Puis, la marche en avant s’accélérant, deux, voire trois positions successives sont occupées dans la journée. On s’endort en songeant que, le matin encore, un Boche se levait de ce même lit.

Et plus l’avance est rapide, moins l’artillerie tire. Est-ce à dire que les artilleurs se reposent ? Certes non. La sortie de batterie et la mise en batterie sont aussi pénibles qu’un tir prolongé. Quand la situation le permet, l’artillerie est laissée sur roues au voisinage des positions éventuelles. Mais la prudence a ses exigences. La contre-attaque est toujours possible. Il faut y parer.

Le 15 mai, grâce à l’esprit de décision du Capitaine Jubert, observateur avancé du I/63, ce groupe participe brillamment à la conquête des hauteurs de Santa Lucia qui protègent toute la vallée du Liri. Dans une première tentative du I/5ème R.T.M. pour s’en emparer, les premiers éléments ont été cloués au sol par les armes automatiques, tandis que la compagnie de tête toute entière était soumise à des tirs de mortiers, subissant des pertes nombreuses. Le Capitaine Jubert part en reconnaissance avec le soutien d’une section franche et situe les défenses à neutraliser. Les tirs qu’il exécute au retour étant encore insuffisants pour faire taire l’ennemi, Il propose à son groupe, par radio, un plan de feu, instantanément mis sur pied. 600 coups sont prévus. Les tirs sont si bien ajustés que l’ennemi ne peut réagir et les hauteurs sont conquises.

Après la prise du Majo, l’effort principal s’exercera à gauche, dans le secteur de la 3ème D.I.A., puis à droite, dans celui de la 3ème D.M.I. suivant une méthode de coups d’épaules successifs. Du Mont Castellone qui domine le Liri, la 2ème D.I.M. prête aux divisions voisines une aide efficace.

L’A.D./2 tire surtout au profit de la 3ème D.I.A. Les groupes se portent dans la région de San Andréa, puis de Vallémajo, où, partout, des cadavres, des véhicules détruits, des canons, des dépôts de munitions abandonnés témoignent de la défaite de l’ennemi.

Le 16 mai, la 1ère D.MI. et la 3ème D.I.A. effectuent leur jonction en avant de la 2ème D.I.M. qui passe en réserve de Corps d’Armée.

L’A.D./2 reste à la disposition de la 3ème D.I.A. sous les ordres du Lt. Colonel Schoeller. Elle appuie, le 17, l’attaque de cette Division en direction d’Espéria qui est pris à 10 h 30. La sortie Nord Est de la ville offrira à ceux qui y passeront les jours suivants un spectacle des plus propres à dégoûter des horreurs de la guerre, quoique des plus satisfaisants en ce qui concerne l’efficacité de l’artillerie. Des véhicules détruits, des chars calcinés, des cadavres carbonisés gisent pêle-mêle dans un chaos indescriptible. Ici un tronc, plus loin des membres qui n’ont plus rien d’humain. Dans les chars, de la chaire grillée. Une pancarte placée là indique que ce massacre est dû à la 13ème Brigade Américaine. Un Piper-Cub a découvert ce rassemblement sur la route de la retraite et l’a impitoyablement pris à parte. Bravo, messieurs les Américains !

Le 18 mai, tandis que l’A.D. est encore au combat, le reste de la Division participe à une prise d’Armes en présence du Général de Gaulle. Le Maréchal des Logis Imbert du III/63 reçoit une Médaille Militaire. Sous-officier observateur détaché à la liaison auprès de l’infanterie, il a fait preuve d’un courage exceptionnel à l’attaque du Mont Faito et au cours des contre-attaques des 11 et 12 mai.

Jusqu’au 22 mai, les II/63 et IV/63 restés en appui de la 3ème D.I.A. effectuent des tirs sur chars, des tirs sur Nebelwerfers, des concentrations, des interdictions. Dans la soirée du 22 mai, le II/63 subit le feu de l’artillerie ennemie. Un obus tombe sur la 6ème batterie. Un canonnier est tué, trois autres blessés. Plus tard, un obus tombe sur une pièce de la 5ème batterie, cinq canonniers sont tués. La liste des morts s’allonge. Pendant près de 24 heures, sur cette funeste position de San Oliva le II/63 et le IV/63 subissent un harcèlement presque incessant d’obus de tous calibres.

La guerre de poursuite prend un aspect tout différent de celle à laquelle la Division était habituée. Elle s’effectue sous le signe de la décentralisation, indispensable en raison de la rapidité de la marche et de la précarité des liaisons. La situation est souvent mal connue. Des voitures passent chez l’ennemi par erreur, d’autres sont tirées à bout portant par les canons antichars. L’avance moins rapide d’une unité découvre le flanc d’une unité voisine. C’est ainsi que, le long du Sacco, le retard constant des britanniques obligera la Division à défendre un flanc découvert plus long que le front. Il résulte de ces mouvements de tiroirs que les groupes, voire l’A.D., se trouveront parfois à portée des armes automatiques ennemies.

La guerre des mines, guerre sournoise et odieuse, prend une importance inconnue jusque-là. Les Allemands en font un emploi massif et le Génie est débordé. Il se borne, en première urgence, à déminer les routes. Mais les artilleurs utilisent aussi les petits chemins, les reconnaissances et les mises en batterie suivent de près la conquête du terrain. Les accidents sont nombreux et se produisent aussi bien dans la zone arrière que dans la zone avant. Les mines contre le personnel alternent avec les tellermines. L’insécurité dure indéfiniment. Une jeep saute sur un chemin où sont déjà passé cent véhicules.

D’autre part, les destructions systématiques freinent la marche. À chaque instant, on se heurte à un pont coupé, à un tronçon de route démoli et il faut rebrousser chemin.

Ces destructions si gênantes ont néanmoins fini par devenir une source précieuse de renseignements pour le Commandement, grâce aux Piper-Cubs de l’artillerie. Elles indiquent en effet un repli ennemi dont il est possible, en rassemblant les informations, de connaître la profondeur. D’où l’importance des missions matinales des avions d’observation de l’A.D., les décrochages s’effectuant généralement de nuit. Là, certes, ne se borne pas le rôle de ces merveilleux petits appareils et il est temps de dire un mot de la part qui leur revient dans nos succès.

Les premières sections de Cubs de l’A.D. ont été mises sur pied en Afrique du Nord par le Capitaine Arnould. Les services qu’on pouvait en attendre n’ont pas été immédiatement appréciés à leur juste valeur. C’est avec l’arrivée des « as », les Lieutenants Verniers-Palliez et Candas, tous deux observateurs en même temps que pilotes, que le rendement des appareils s’est accru considérablement. Réglant les tirs à la verticale des objectifs, en dépit des tirs de D.C.A., scrutant le terrain d’un œil étonnamment perçant, traquant l’ennemi dans sa fuite, ils ont valu à leurs groupes une efficacité largement accrue et à l’ennemi des tracas sans nombre. C’est un miracle qu’aucun Piper-Cub de l’A.D./2 n’ait été abattu. Combien sont rentrés criblés de balles ! L’un d’eux, au cours d’une mission du Lieutenant Vernier-Palliez, a reçu un obus dans l’aile. Qu’il soit revenu se poser normalement sur le terrain est encore un mystère !

C’est le 23 mai que la 2ème D.I.M. est engagée de nouveau. Elle s’introduit entre la 3ème D.I.A. et la 4ème D.M.M. et s’articule en deux groupements, comprenant chacun de l’infanterie, de la cavalerie et un groupe d’artillerie. Ce sont les II/63 et III/63 qui font partie de ces groupements, les autre groupes étant maintenus en action d’ensemble.

Le 23 mai, Pontécorvo est pris. Les groupes sont à la limite de portée, mais la route de Pico n’est pas utilisable et il faut attendre que la 3ème D.I.A. ait prise cette ville. Ce n’est que dans la nuit du 24 au 25 et dans la journée du 25 que les groupes font mouvement, pour se retrouver tous à l’Ouest de Pico, au Sud de la route d’Itri. Les positions défilées ne sont pas nombreuses, les routes utilisables non plus.

Le malheureux II/63 est encore éprouvé : un tué et deux blessés au détachement de liaison auprès du groupement tactique le 23 Mai, lors de la tentative de débouché des éléments motorisés sur Pasténa. [1]

Pasténa est pris le 26 mai, Castro dei Volsci le 27. Ce même jour, la 3ème D.I.A. est mise au repos. Suivant un procédé classique, la 2ème D.I.M. lui a coupé la route pour atteindre le Sacco, limite gauche du secteur canadien. La Division aura pendant quelques jours à sa droite, mais toujours bien en arrière, la VIIIème Armée Britannique.

Dans la région où se bat maintenant la 2ème D.I.M., les villages sont bâtis au sommet des pitons et peuvent facilement être transformés en forteresse. Ainsi se présente Castro dei Volsci au pied duquel se transporte, le 28, le P.C. de l’A.D./2. Du cimetière, où l’A.D. a installé un observatoire, on domine magnifiquement le secteur britannique. Pofi, perché sur sa colline, semble tout proche, les clochers de Valmontone apparaissent au loin et, pour se déplacer dans la plaine, les Allemands prennent sans doute des précautions infinies.

Cette guerre de mouvement est faite de marches rapides et d’arrêts brutaux, l’ennemi s’accrochant à des points bien choisis. Il faut alors monter une nouvelle attaque pour l’en déloger. C’est dans telle circonstance que le Général commandant le C.E.F. prescrit, le 30 mai, une action de force sur le col de Palombara, à la limite entre la 4ème D.M.M. et la 2ème D.I.M., l’A.D./1 et deux groupes de l’A.D./3 renforceront l’A.D./2 pour cette opération. Les I/63 et III/63 sont en appui direct des 5ème R.T.M. et 8ème R.T.M. L’attaque se déclenche à 9 heures et réussit à faire tomber la résistance ennemie.

La coopération des A.D. sera par la suite étroitement définie par la nouvelle organisation du C.E.F. La 1ère D.M.I. marchera dans le sillage de la 2ème D.I.M. Ces deux Divisions se relèveront tour à tour et se prêteront l’appui de leur A.D. De même, la 3ème D.I.A. suivra la 4ème D.M.M.

Du 30 mai au 4 juin, date à laquelle elle est dépassée par la 1ère D.M.I., la Division s’empare successivement de Ceccano, Tomacella, Supino, Morolo, Gavignano, la station d’Agnani. Les groupes de 105 de l’A.D./2 font partie des groupements tactiques, les autres groupes participent à l’action d’ensemble. Le I/63 tire le 31 mai son 100.000ème coup de canon depuis le début de la campagne d’Italie.

La relève effectuée, Le P.C. de la Division et celui de l’A.D. s’installent à Colle Ferro. Dans la nuit du 4 au 5 Juin, alors que chacun est plongé dans un profond sommeil que ne trouble plus la perspective des tirs à effectuer, un ordre intempestif vient mettre un terme à cette quiétude. Les bâtiments de l’école où se trouve l’A.D. sont minés et doivent être évacués immédiatement. Les commentaires ajoutent que le château de Carpinetto Romano, ancienne villa du Pape Léon XIII, a sauté de cette façon, ensevelissant une quarantaine d’Officiers et des Goumiers d’un groupement de Tabors Marocains. L’A.D. et la B.R.H. quittent à regret le P.C. assez confortable de Colleferro et vont s’installer près de Gavignano. Seul, le Chef d’Escadron Robin, que l’on a oublié de prévenir, s’attarde sur son mol oreiller, inconscient du danger qu’il court. Par la suite, on repassera devant la fameuse école, espérant qu’elle aura sauté. Mais non, les victimes de la désagréable plaisanterie nocturne n’auront même pas cette consolation.

Le repos débute sous d’heureux auspices. Rome a été prise dans la nuit du 4 au 5. La nouvelle d’un débarquement allié en Normandie est accueillie avec des transports de joie. Une ombre au tableau : Le Général Poydenot est désigné comme Commandant d’armes français de Rome, en attendant que le Gouvernement ait pourvu régulièrement ce poste. Son départ, heureusement, n’est pas définitif. Le Colonel Lassus prend provisoirement le commandement de l’A.D.

Le 12 Juin, la Division, qui doit se regrouper au Nord de Rome en vue de son engagement ultérieur, occupe un cantonnement intermédiaire entre Rome et Frascati. Le P.C de l’A.D. est à quelques kilomètres de la capitale. Occasion unique de contempler la Ville Éternelle ! Chacun s’en va, à son tour, admirer le Dôme de Saint Pierre et flâner dans les ruines du Colisée. Le pape reçoit en audience particulière les Officiers de l’A.D. auxquels se sont joints, nombreux des Officiers des autres Corps.

Rome, n’est-ce pas un peu la conquête de la 2ème D.I.M. ? La rupture du front du Mont Majo n’est-elle pas le premier pas de la marche triomphale ? La fierté qui se lit sur tous les visages au défilé du 15 Juin est en partie faite de cette impression. Il s’y mêle sans doute la satisfaction de parader en vainqueur devant ces Italiens qui nous réclamaient Nice, la Savoie et la Corse et nous ont si lâchement attaqués en 1940.

Le 16 et le 17 Juin, l’A.D. et les groupes effectuent le deuxième temps du mouvement prévu. L’A.D. s’installe à Isola Farnèse.

Retour en Haut de page

Article suivant

Retour au Plan interactif

[1] Dans le document transmis par Monsieur Devillers, gendre de Monsieur Abad, il est précisé qu’à cette occasion Hermadinquer Claude est tué dans un accident routier, selon les déclarations de Abad René, conducteur.


____________

Base documentaire des Artilleurs