Les Artilleurs et les Traditions > 7- Témoignages d’artilleurs au combat > Indochine (1951-1952) : Lieutenant André ROUX >
4- Opération avec les Paras
 

DEBUT DE LA SAISON SECHE - PREMIERES OPERATIONS (novembre).

Le G.M. 7 fait mouvement vers la Rivière Noire, au sud de Vietri. Nous ne savons pas encore que la bataille de Hoa-Binh commence. Par un bel après-midi de novembre, je reçois l’ordre de me trouver le lendemain matin avec mon équipe au poste de My-Khe, au pied nord du mont Ba-Vi ; ce mont domine la Rivière Noire lorsqu’elle débouche dans le delta. Je connaitrai ma mission sur place.

A My-Khé, je trouve un commando d’une cinquantaine d’anciens prisonniers ralliés, tout de noir habillés, tels les commandos du Viêt-Minh. Ils sont commandés par un de mes camarades de Saint-Cyr, lui aussi vêtu de noir. Je m’habille de même ainsi que mon radio.

La mission est de reconnaitre le Ba-Vi pour y déceler la nature des unités Viêt-Minh qui pourraient l’occuper, avant de nous engager vers Hoa-Binh. Notre état-major s’attend à un régiment.

Nous partons donc avec l’intention de gravir rapidement et discrètement le haut de la montagne et de redescendre ensuite vers la Rivière Noire par des itinéraires différents, dans le dos d’éventuels occupants.

Le Ba-Vi est recouvert d‘une jungle qui a avalé routes et chemins. Nous avançons lentement à travers une végétation très dense. Aux arrêts, je rends compte de notre position, ce qui n’a rien de simple avec un horizon à moins de dix mètres. Il m’a fallu procéder hors de nos règlements : demander par radio à une batterie d’envoyer un obus ni trop prés, ni trop loin de notre point estimé grossièrement et, selon la direction et la distance du bruit de l’éclatement, en déduire notre position.

La nuit fut rendue difficile par une pluie drue et inattendue. Nous l’avons passée enroulés dans nos moustiquaires. Au jour, descente vers la Rivière Noire avec pour seules rencontres quelques guetteurs Viêts surpris de nous voir arriver du haut de la montagne, et aussitôt faits prisonniers. En fin de mission, au pied du Ba-Vi, sur la Rivière Noire, je retrouve quelques éléments du G.M. 7 avec le commandant du GAC AOF, il parait heureux de me voir, car il croyait en la présence d’un régiment Viêt.

Il me donne l’ordre de me remettre en tenue normale et de me présenter au 1er bataillon de parachutistes coloniaux, en attente à quelques kilomètres plus au nord. Pas de tirs et silence radio jusqu’à nouvel ordre.

Ce sera deux jours de repos à l’ombre, avec les parachutistes.

Nous assistons au passage d’éléments du G.M. 4 vers Hoa-Binh. Parmi eux, un Visage connu, c’est Raymond Roubert, mon p1us grand copain. En 1940, refugié du Nord, je le découvre à côté de moi sur les bancs du lycée de Grenoble, car nous sommes placés selon l’ordre alphabétique. Nous avons préparé Saint-Cyr ensemble, fait les mêmes écoles, choisi le même régiment à Vannes et aussi choisi des fiancées vannetaises grandies ensemble ; nous sommes partis en Indochine à quelques jours d’intervalle et je le rencontre maintenant pour de rares minutes sur les berges de la Rivière Noire, le temps d’échanger quelques nouvelles et de nous souhaiter bonne chance.

Mais le malheur a voulu que quelques semaines plus tard il soit fait prisonnier, et après 14 mois de captivité, il est comme 3 sur 4 parmi les prisonniers du Viêt-Minh, mort d’épuisement, de malnutrition, de manque de soins et de bourrage de crane. Disparu dans la totale indifférence de l’opinion publique, car l’Indochine ne figurait pas au catalogue à la mode des bien-pensants de l’époque.

(JPG)
Repiquage du riz au Tonkin
Au fond, un village

Puis arrive un nouveau DLO pour les parachutistes. Encore un camarade de Saint-Cyr il sera tué une semaine plus tard, alors qu’il était DLO avec une compagnie de parachutistes qui sera anéantie dans le Ba-Vi. Il me remet une enveloppe contenant l’ordre de me rendre auprès du III/5éme REI [1] en position autour du piton de La-Phu, au nord du Ba-Vi, sur la rive ouest (côté Viêt-Minh) de la Rivière Noire.

Retour au plan

Passer à l’article suivant

[1] 3ème bataillon du 5ème régiment étranger d‘infanterie


____________

Base documentaire des Artilleurs