Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’Artillerie de la Garde impériale > Artillerie à cheval de la Garde impériale : 1er Empire > A- Création de l’artillerie à cheval de la Garde Impériale >
02- L’escadron de la Garde Impériale
 

L’escadron de la Garde Impériale

C’est le 18 mai 1804 que la Garde consulaire prend le nom de « Garde impériale », jour de la nomination de Bonaparte au titre d’Empereur. Napoléon va s’en occuper avec un soin particulier. Il lui donne une importance inusitée pour l’armée française et elle deviendra le corps d’armée d’élite de la Grande Armée.

Par le décret du 29 juillet 1804, l’escadron d’artillerie à cheval de la Garde Consulaire est intégré dans la Garde Impériale.

En 1805, l’escadron, commandé par le colonel Couin, avec ses 2 compagnies, participe à la bataille d’Austerlitz surnommée la « bataille des Trois Empereurs », qui se déroule le lundi 2 décembre 1805. Il est alors doté de 6 pièces de 8, 4 pièces de 4 et 2 obusiers, en tout 12 pièces françaises du système Gribeauval. Il appuie l’attaque de la cavalerie de la Garde avec ses pièces réparties en deux batteries. Peu de temps après Austerlitz, chaque compagnie reçoit en plus 4 pièces de 8 et 2 obusiers, soit la même dotation que pour l’artillerie à cheval de la ligne. Sa dotation est portée à 24 pièces.

Il est à noter en soutien le parc d’artillerie de la Garde commandé par le capitaine Pommereuil et le bataillon du Train d’artillerie de la Garde, constitué de 4 compagnies et commandé par le capitaine Devarennes.


____________

Base documentaire des Artilleurs