L’organisation de l’Artillerie > 1- Des débuts à la fin du XIXè siècle > L’artillerie des deux Empires > L’artillerie à la veille de la guerre de 1870-1871 > B- Les troupes de l’artillerie >
01- La mobilisation de l’artillerie
 

La mobilisation de l’artillerie

Le budget ne permet d’entretenir en temps de paix que 34 000 hommes et 16 000 chevaux. En cas de mobilisation, les besoins sont 58 000 hommes et de 39 000 chevaux. Le complément en hommes est fourni par les canonniers de la réserve. Le complément en chevaux est effectué par la reprise de 13 000 animaux de trait que l’État entretient par l’intermédiaire de particuliers, principalement des cultivateurs. Cette reprise est effectuée dès le 21 juillet. De plus, l’État procède à des achats de 2 000 chevaux par jour. Ces procédures permettent de mobiliser les batteries montées et à cheval de l’effectif de paix.

En outre, une décision impériale du 16 juillet prescrit qu’un cadre de dépôt soit crée, au fur et à mesure des besoins, dans les régiments d’artillerie et du train d’artillerie. Une seconde décision du 18 juillet prescrit que deux des batteries à pied des régiments montés soient organisées en batteries montées et que les deux batteries à pied restantes soient dédoublées.

Un décret du 17 août autorise la formation de batteries de marche, au fur et à mesure des besoins, dans les régiments d’artillerie. Une instruction du 21 août prescrit la création d’une de ces batteries dans 16 régiments. Il est ainsi mis sur pied 13 batteries montées et 3 batteries à cheval. De plus, 2 batteries de marche montées et 15 batteries de marche à pied sont encore créées jusqu’au 4 septembre.


____________

Base documentaire des Artilleurs