L’organisation de l’Artillerie > Organisation pour le tir et le renseignement > Les séquences de tir d’artillerie >
Le ciblage ou "targeting"
 

Le ciblage (ou targeting) apparaît au début des années 1990.

La guerre froide est consommée et tous les pays impliqués dans ce conflit particulier cherchent à réduire leurs forces en volume pour tirer profit au mieux des dividendes de la paix.

Mais des nouvelles menaces surgissent qui nécessitent de chercher à faire mieux avec moins de moyens, pour le moindre coût... Il apparaît la notion de combats dits asymétriques, où les grandes puissances, qui se trouvent confrontées à des forces sous dimensionnées, hésitent à employer les grands moyens, dans un souci louable d’humanité et de justice internationale... Le conflit armé n’intervient que lorsque tous les arguments ont été consumés par les voies politiques et diplomatiques, tout en se donnant la possibilité de faire marche arrière à tout moment. C’est la notion de réversibilité des combats. Il se met en place des nouvelles formes d’engagement que l’on pourrait assimiler à un maintien de l’ordre étendu à l’international, où l’usage de la force ne vient que progressivement dans un cadre juridique déterminé, avec des règles d’engagement.

Sans entrer dans tous les détails, le lecteur comprend facilement que dans un tel contexte l’emploi d’armes massives [1] de destruction n’est envisageable que dans un tout dernier recours. Mais on s’autorise à faire des frappes limitées mais précises, qui sont dîtes "chirurgicales", en s’entourant d’un maximum de précautions et en y associant en boucle courte décisionnelle le pouvoir politique et l’organisation militaire...

L’emploi de l’artillerie est intégré dans un tel processus, au point où sa présence sur un théâtre d’opérations est un signe tangible de la volonté du pouvoir politique d’en découdre [2] s’il n’obtient pas un retour aux négociations.

Le ciblage est un processus décisionnel de sélection, de recherche et d’acquisition et de traitement des objectifs.

Il comporte plusieurs étapes :

  • Analyser et évaluer l’intérêt et les vulnérabilités de l’entité visée,
  • Sélectionner les cibles sur lesquels l’effort militaire sera concentré en cohérence avec les objectifs de planification et les ressources disponibles,
  • Monter les opérations nécessaires pour traiter les cibles dans un souci d’efficience et de limitation au maximum des effets collatéraux.

[1] Celles qui sont autorisées au plan international.

[2] Voir à ce sujet l’engagement de l’artillerie française en Bosnie


____________

Base documentaire des Artilleurs