Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’artillerie du Royal-Artillerie >
07- 7ème Brigade d’artillerie - Régiment d’Artillerie de Toul
 

La création de la 7ème Brigade

Le 1er janvier 1757, les cinquante compagnies d’artillerie existantes seront en partie dédoublées pour former 6 bataillons. De ce fait, est créé à Toul un sixième bataillon de Royal-Artillerie qui s’ajoute aux cinq premiers déjà en place depuis 1720. Ce bataillon organisé par le colonel marquis de COSNE, est formé à partir de détachements de 120 hommes fournis par les cinq autres bataillons. A l’instar des cinq premiers, il se compose de 5 compagnies de canonniers, deux de bombardiers, une d’ouvriers et, en outre, lui sont adjoints une compagnie de mineurs et une de sapeurs.

Les effectifs ayant été gonflés par Belle-Isle, les six bataillons deviennent brigades en novembre 1758.

En décembre 1762, une 7ème brigade est organisée à La Rochelle sous le nom de brigade des colonies, puis après la paix de Versailles, elle prend le nom de brigade de COSNE (ancien chef de la 6ème brigade).

En 1765, les brigades deviennent des régiments et prennent le nom des villes où leurs écoles sont établies. La 7ème devient le Régiment d’Artillerie de Toul.

Enfin à la Révolution, il devient le 7ème Régiment d’Artillerie.

Les campagnes de la 7ème Brigade d’Artillerie

La 7e brigade et la pacification de la Corse

En 1767, la République de Gênes n’arrivant pas à se maintenir dans l’île de Corse, cède à la France ses droits de suzeraineté. Louis XV, résolu à pacifier sa nouvelle acquisition, envoie à plusieurs reprises, notamment à partir de 1769, des détachements en vue de réduire au silence les farouches montagnards corses.

Cette guérilla dans le maquis de l’île de beauté va durer jusqu’en 1773, et, durant toute cette période, le Régiment de Toul (ex 7e Brigade) fournit un contingent important en officiers et en hommes.

Pour la première fois, les matériels du système GRIBEAUVAL, mis en service en 1765, ont l’occasion de faire leurs preuves et ce malgré les difficultés du terrain. En effet, l’artillerie arrive toujours très rapidement sur ses objectifs, les canonniers portant les pièces à bras dans les passages les plus difficiles.

La 7e brigade de 1778 à la Révolution

En 1778, le 1 e Bataillon du Régiment de Toul est envoyé en Normandie et réparti entre Le Havre, Caen, Dieppe et Rouen et sur toutes les côtes normandes, où il demeure jusqu’en 1780. En 1781, le bataillon est dispersé le long des côtes de Bretagne vers Saint-Lô et Brest, tandis qu’en 1782, le 2e Bataillon, venant de Besançon, prend sa place sur les côtes normandes.

En 1783, alors que le dépôt va s’installer à Metz, quatre compagnies sont encore stationnées en Bretagne et six en Normandie. Enfin, en 1787, le régiment envoie un détachement en Hollande pour aider les États Généraux à repousser les envahisseurs prussiens.

Jusqu’à cette date, le régiment n’a eu que très peu d’occasions de se signaler au combat mais les campagnes de la Révolution vont amener un changement total.


____________

Base documentaire des Artilleurs