Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’artillerie du Royal-Artillerie >
06- 6ème Bataillon de Royal-Artillerie - 6ème brigade d’artillerie - Régiment d’Artillerie d’Auxonne
 

La création du 6ème bataillon du Royal-Artillerie

Le 1er décembre 1756, une ordonnance au secrétariat à la guerre stipule qu’à partir du 1er janvier 1757, les cinquante compagnies d’artillerie existantes seront en partie dédoublées pour former 6 bataillons. De ce fait, est créé à Toul un sixième bataillon de Royal-Artillerie qui s’ajoute aux cinq premiers déjà en place depuis 1720. Ce bataillon organisé par le colonel marquis de COSNE, est formé à partir de détachements de 120 hommes fournis par les cinq autres bataillons. A l’instar des cinq premiers, il se compose de 5 compagnies de canonniers, deux de bombardiers, une d’ouvriers et, en outre, lui sont adjoints une compagnie de mineurs et une de sapeurs.

Transformation en 6ème Brigade d’Artillerie

Les effectifs ayant été augmentés par Belle-Isle, les six bataillons deviennent brigades en novembre 1758.

En 1765, les brigades deviennent des régiments et prennent le nom des villes où leurs écoles sont établies. La 6ème brigade devient ainsi le Régiment d’Artillerie d’Auxonne.

Les campagnes de la 6ème Brigade

La 6e brigade et la guerre de Sept Ans En 1755, l’Angleterre coule trois vaisseaux et capture trois cents navires marchands français sans aucune déclaration de guerre. De plus elle incite la Prusse à signer avec elle un traité d’alliance défensive contre la France. En mai 1756, Louis XV parvient tant bien que mal à retourner l’Autriche en sa faveur, ainsi que la Suède et la jeune Russie. C’est le début de la guerre Sept Ans. Entre 1756 et 1763 elle se déroulera sur mer, dans les colonies et comptoirs français d’Inde et d’Amérique, en Allemagne et sur les côtes françaises.

Sitôt créée, la jeune 6eme brigade entre donc immédiatement en campagne et voit ses compagnies dispersées, pour les unes sur les côtes de Bretagne pour les pièces de siège et de forteresse, pour les autres aux armées d’Allemagne et de Hanovre pour les pièces de campagne légères. Elle va ainsi participer au combat victorieux d’Hastembeck le 26 juillet 1757 puis au désastre de Rossbach, le 5 novembre de la même année.

Les campagnes suivantes sont plus heureuses pour les armées françaises et la brigade prend part aux victoires de Lutzelberg en 1758, Minden en 1759 puis aux batailles de Corbach et Warbourg en 1760, Willinghausen et Cassel en 1761.

En décembre 1761, son effectif est porté à onze compagnies dont sept de canonniers, deux de bombardiers, une d’ouvriers et une de sapeurs. Elle participe ensuite, en 1762, à la victoire d’Amenebourg puis est regroupée en 1763, à la fin de la guerre, à la garnison d’Auxonne.

La 6è brigade et la guerre d’indépendance américaine

Le 6 février 1778, Louis XVI signe avec les treize Etats d’Amérique du nord un traité d’amitié et de commerce. Les Etats sont alors en guerre contre l’Angleterre afin d’obtenir leur indépendance. Malgré l’envoi clandestin par la France, en octobre 1776, de deux cent vingt-sept pièces et trois cent mille charges de poudres, l’armée américaine manque cruellement d’hommes entraînés.

Le 9 mars 1780, Louis XVI décide de leur apporter son aide par l’envoi d’un corps expéditionnaire important, comprenant six mille cinq cents fantassins, cinq cents cavaliers et sept cents artilleurs. L’embarquement a lieu le 02 mai et le 2e Bataillon du régiment d’Auxonne (ex 6e Brigade), aux ordres du lieutenant-colonel d’ABOVILLE, participe à l’expédition.

Après être resté pendant plus d’un an en attente autour de Newport, le détachement français participe enfin à une grande bataille : le siège de Yorktown (28 septembre - 20 octobre 1781). Le régiment d’Auxonne sera d’ailleurs le seul régiment d’artillerie français à prendre part à ce siège. Après la capitulation anglaise, la campagne du corps expéditionnaire se prolonge encore durant un an avant que le 2 e bataillon ne puisse réintégrer sa garnison de La Fère. Par ailleurs, sans savoir avec exactitude à quelle date le régiment d’Auxonne reçoit le matériel GRIBEAUVAL, on sait que c’est avec lui qu’il effectue toutes les campagnes de la révolution, du Consulat et de l’Empire .


____________

Base documentaire des Artilleurs