L’organisation de l’Artillerie > L’organisation pour l’observation, la reconnaissance et le tir- 1918 >
Article 6 - Les unités d’angle
 

Retour

Le texte de cet article est extrait d’un règlement de 1918, réédition d’un texte de 1916. Il est donc révélateur de la connaissance et de la technique d’artillerie utilisée et développée pendant cette guerre, ou l’emploi de l’artillerie atteint son apogée.

UNITÉS DIVERSES DE MESURE D’ANGLES

Les unités diverses de mesure des angles utilisées par l’artillerie sont réunies dans le tableau ci-dessous.

Le symbole M est adopté, dans cet ouvrage, pour représenter le millième système 1.600.

1° Degré (Système sexagésimal) :
Circonférence = 360°
Quadrant = 90°

1° = 60’ = 3.600"       1’ = 60" [1]

2° Grade (Système centésimal) :
Circonférence = 400G
Quadrant = 100G

1G = 100` = 10.000``       1` = 100`` [2]

3° Millième vrai : Angle sous lequel on voit 1m à 1.000m [3] :
Circonférence = 6.823 millièmes

Quadrant = 1.570 millièmes

4° Millième système 1.600, ou millième ordinaire [4] :
Circonférence = 6.400M
Quadrant = 1.600M

NB du webmestre : Ce système a été retenu par l’OTAN.

5° Millième Rimailho (appelé à disparaitre) :
Circonférence = 6.000 millièmes R.
Quadrant = 1.500 millièmes R.

NB du webmestre : Ce système a été conservé par les Russes, donc par le Pacte de Varsovie.

RELATIONS ENTRE LES DEGRÉS, GRADES, MILLIÈMES

1° = 1G, 11’, 11" = 17M 78.
1’ = 1’, 85" = 0M 30.
1’’= 3``, 08. =
1G = 0°, 54’’ = 16M.
1` = 32’’ = 0M 16.
1M = 3’ 22’’ 5 = 6`,25``.
1M = =0 millième vrai, 982 [5]
1 millième vrai = 1M 0185.

(JPG)

[1] Pour quelques matériels, l’unité employée est le vingtième (qui est la vingtième partie du degré)
Le système sexagésimal emploie les signes : ° (degré) ‘ (minute) ‘’ (seconde).

[2] Le système centésimal emploi les signes : G (grade) ` (minute) `` (seconde).

[3] Ce système est employé dans la graduation du tableau focal de quelques instruments d’optique à l’usage de l’artillerie. Par suite cette définition du millième, si, à partir d’un point d’une circonférence, l’on porte bout à bout sur cette circonférence des arcs dont la longueur soit le millième de la longueur du rayon, si l’on joint les points de division au centre de la circonférence, chaque angle au centre ainsi obtenu figure un millième vrai. La longueur totale de la circonférence est comprise entre 6.283 et 6.284 fois la millième partie de son rayon ; le tour d’horizon ne renferme donc pas un nombre exact de millièmes vrais. Cette unité ne serait pas pratique pour la graduation des appareils de pointage en direction ; pour faciliter l’établissement de ces appareils, on a été amené à utiliser un millième approché par excès ou par défaut : le millième système 6.400 ou 1.600 approché par défaut ; le millième Rimailho approché par excès.

[4] Ce système est employé dans la plupart des appareils de pointage, en particulier dans celui du canon de 75. Il n’y a pas d’autre définition légitime du millième système 1.600 que celle-ci : il est la 1/1.600e partie d’un angle droit.

[5] Il y a lieu de noter que la différence entre le millième vrai et le millième système 1.600, de l’ordre du 1/50, n’est pas négligeable dans toutes les applications. Cependant, dans beaucoup de cas, il est permis de substituer le millième vrai au millième 1.600. Ex. : Soit à construire un angle de 280M avec une précision inférieure 1/50. Décrire, à une échelle arbitraire, une circonférence de 1.000 mètres de rayon et porter à partir du point A, sur la circonférence, une longueur AB de 280 mètres. L’angle AOB représente à 1/50 prés un angle de 280M (fig.7).
Au lieu de porter les 280m sur la circonférence, on peut les porter à partir de A sur la tangente à la circonférence. Mais l’erreur commise on opérant de cette manière, négligeable tant que l’angle à construire ne dépasse pas 350M, serait inadmissible pour de grands angles. C’est ainsi que pour un angle de 800M on ferait une erreur de 113M (fig. 8).


____________

Base documentaire des Artilleurs