Histoire de l’Artillerie, subdivisions et composantes. > 2- Histoire des composantes de l’artillerie > L’Aviation d’observation de l’artillerie. >
Le train de cerfs volants militaires
 

TRAIN DE CERFS-VOLANTS MILITAIRES

Les Trains de Cerfs-Volants militaires sont constitués par l’ensemble des appareils nécessaires pour élever un homme en l’air. Ils se composent de deux parties : d’abord le groupe fixe de Cerfs-Volants formant rail, ensuite le groupe mobile ou trolley formant ascenseur.
Le groupe rail comprend d’abord le câble d’acier formant rail ascendant, avec un premier Cerf-Volant, appelé pilote, fixé à l’extrémité. Ce pilote sert principalement au départ du train. Au-dessous du pilote sont fixés, en chapelet, un certain nombre d’autres Cerfs-Volants appelés raidisseurs, qui servent à tendre fortement le câble. Le nombre de ces raidisseurs varie avec la force du vent.
Le long du câble-rail coulisse le groupe mobile. Il est formé d’abord du trolley-observatoire, c’est-à-dire d’un petit trolley en métal muni de roulettes, ce qui lui permet de rouler le long du rail. A ce trolley est suspendue la nacelle de l’observateur, qui est ainsi élevée ou abaissée, lorsque le trolley roule le long de ce rail aérien. Cette ascension ou cette descente est réalisée d’une manière extrêmement simple. Un certain nombre de Cerfs-Volants, appelés élévateurs, sont enfilés le long du câble mais de manière à pouvoir coulisser le long de ce dernier. Lorsque le vent souffle sur ces Cerfs-Volants élévateurs, il les fait monter le long du câble, et de cette manière le trolley-observatoire est entraîné.
La liaison entre le groupe des Cerfs-Volants élévateurs et le trolley est faite d’une manière spéciale, de telle sorte que ces Cerfs-Volants puissent prendre, par rapport au vent, une incidence différant au gré de l’observateur. De cette manière, ce dernier peut donner aux Cerfs-Volants une incidence positive assez forte ce qui les fait monter, une incidence assez faible ce qui les soutient sans monter, et enfin une nulle ce qui les fait descendre en vitesse.

L’observateur peut donc, par un vent régulier, régler absolument sa manœuvre comme dans un véritable ascenseur. Enfin, ce trolley possède un frein qui, en agrippant le rail, maintient la nacelle à une hauteur voulue.
L’avantage de ce système, par rapport aux autres avec câble auxiliaire pour ramener le pilote, est considérable.
Il tient surtout de la très grande simplicité de l’ensemble en ne nécessitant qu’un seul câble, un seul treuil et un plus petit nombre d’aides, une manœuvre extrêmement simple et à la discrétion unique de l’observateur, une force de suspension beaucoup moins grande puisqu’il n’y a qu’un câble à élever au lieu de deux. Le nombre de Cerfs-Volants nécessaires pour ces ascensions est variable suivant le vent et le poids nécessaires.

Le train comprend :

  • Dix Cerfs-Volants du type militaire
  • Le Trolley-observatoire avec nacelle
  • 500 mètres de câble d’acier souple de haute résistance
  • Le treuil, les attaches, commandes et accessoires

A titre indicatif, du 27 septembre 1914 au 10 février 1915, la 30ème Compagnie d’Aérostiers du Capitaine SACONNEY effectua 48 heures d’observation avec des Cerfs-Volants.

Quand à la 39ème Compagnie, elle mérita, en avril 1915, une citation où l’on relève : « ...n’a pas hésité, à deux reprises différentes, pour mieux voir, et mieux régler le tir de nos batteries, à se porter avec ses ballons et ses Cerfs-Volants à très courte distance des lignes allemandes. »


____________

Base documentaire des Artilleurs