L’organisation de l’Artillerie > 3- L’Artillerie au XXIème siècle > 30- Prospective Artillerie >
Artillerie sol-air 2008
 

Les feux de la défense sol-air : argument de la liberté d’action

S’adaptant aux besoins de l’action des autres composantes de l’armée de terre, la défense sol-air mettra prochainement en œuvre des systèmes rénovés pour faire face aux menaces émergentes, assurer une meilleure coordination de ses moyens, et s’adapter au nouveau cadre d’engagement des forces.

La défense sol-air fait évoluer ses matériels pour s’adapter en permanence à la menace.

Grâce à un missile rénové et à des capacités de veille passive infra rouge, le système MISTRAL va optimiser son efficacité contre les drones. L’intégration de ce missile dans une tourelle montée sur un véhicule blindé à roues (MARS) permettra d’assurer la défense des unités au contact par un système léger et facile à soutenir.

Le SAMP/T, successeur du HAWK PIP 3, apportera des capacités en véritable rupture technologique avec la génération actuelle : détection accrue y compris en environnement de guerre électronique très dense, tir sur plusieurs cibles en même temps, anti-missiles de croisière. Le SAMP/T sera la première brique d’un système de défense anti-missile balistique de théâtre.

L’arrivée d’un système de coordination en temps réel (MARTHA) permettra d’intégrer tous les acteurs de l’armée de terre qui évoluent dans la troisième dimension.

Pour préserver la liberté d’action du chef interarmes dans sa zone de manœuvre, l’armée de terre, qui utilise de plus en plus l’espace aérien, doit se doter d’un outil de coordination adapté. Elle a besoin pour cela d’un réseau de radars pour connaître en temps réel l’action des mobiles en vol, et en même temps d’un réseau de commandement pour intervenir de façon instantanée.

MARTHA apportera cette capacité à l’armée de terre tout en optimisant son interopérabilité interarmées et interalliée. La première étape de ce programme a déjà doté l’artillerie sol-air de radars fonctionnant en réseau. Les prochaines, permettront d’intégrer progressivement le SAMP/T, les hélicoptères de l’ALAT, les drones et les appuis indirects.

Une doctrine rénovée et une meilleure modularité pour s’adapter aux besoins de la force d’action terrestre.

Les batteries sol-air au format HAWK PIP 3 détiennent à présent la capacité de se scinder en deux sections parfaitement autonomes pour la manœuvre ou le tir. Cette nouvelle capacité, associée à une mise en œuvre simplifiée des systèmes, une diminution du nombre des opérateurs et des délais de mise en œuvre, et une amélioration de la mobilité, confère une souplesse réellement novatrice.

De même les PC de sections Roland ou Mistral sont désormais équipés de radars travaillant en réseau pour échanger leurs détections. Les objectifs sont alors désignés aux pièces en transmission de données, permettant ainsi d’optimiser la coordination des feux.

Enfin, les modules projetables seront de taille de plus en plus réduites et gagneront en autonomie. Dés à présent, un module d’urgence d’environ cinquante personnes offre une capacité sol-air moyenne portée minimum à une force projetée.

Retour Haut de Page

Ecole d’application de l’artillerie (Article diffusé dans le numéro 164 de « Terre magazine » de mai 2005.

____________

Base documentaire des Artilleurs