Matériels d’artillerie > 3- Tableaux et fiches techniques > 32- Fiches techniques des pièces du musée > 1- Matériels français > Pièces de campagne : 1900-1950 >
Mortiers de 120mm T Mle1944 et 1949
 

Mortier BRANDT de 120 mm modèle 1944

(JPG)
© Musée de l’Artillerie de Draguignan

Considérations générales :

  • Origine : France. ( le modèle du musée a été construit par SAGEM en 1946 à Roanne). C’est un dérivé amélioré du célèbre mortier Brandt de 120 mle 1935. Il est le père des futurs mortiers mle 49 et mle 50 très semblables, et des modèles 51 et61 différents et plus opérationnels dans leur conception.
  • Emploi : arme d’infanterie à l’origine, l’artillerie, avec des modèles rayés, en sera dotée en double emploi, en Indochine et en Algérie, à cause de sa facilité de déplacement en zone difficile, de sa simplicité et rapidité de mise en œuvre, de son tir vertical et de l’efficacité de sa munition équivalente à celle d’un obus de 155mm de l’époque et aussi de sa cadence de tir de 8 cp/mn en moyenne.

Caractéristiques principales :
tractable par véhicule léger ;

  • Longueur extérieure du tube :1,843 m ;
  • Poids du tube : 154 kg ;
  • Poids total de la pièce : 360 kg ;
  • Poids de l’obus : 13 kg,
  • Portée max avec obus mle 44 : 6,5 km .

Dès la fin de la 2° GM le mortier de 120mm Tracté Mle 1944 partira équiper les artilleurs en Indochine.

En 1949 sort un modèle très ressemblant, le mortier de 120mm T Mle 1949, qui, lui, va servir en Algérie [1], principalement dans les unités de barrage aux frontières et en double dotation pour les unités paras.

Après ce conflit la double dotation avec ce modèle de mortier va plus ou moins survivre dans les régiments d’artillerie parachutistes et des troupes de marine ; elle va retrouver un nouvel élan avec l’arrivée, au début des années 1980, du mortier Brand de 120mm RTF1, aux qualités nettement supérieures, qui en font un outil opérationnel très moderne ; ( R veut dire rayé, T veut dire tracté).

A partir des années 2000 avec le recentrage des Armes sur le cœur de métier pour réduire les effectifs, la double dotation, avec ce modèle de mortier, va se généraliser à toute l’artillerie sol-sol.

Auparavant ce sont les fantassins, qui utilisaient ces armes, dans les sections de mortiers lourds (SML).

Pour voir le mortier de 120mm Mle 1951, cliquer ici.

[1] Observation du Colonel Roger Bonijoly : Le mortier de 120 mm armait les sections de mortiers lourds des bataillons d’infanterie. L’artillerie n’en possédait pas, sauf l’artillerie para. Sur le barrage, les mortiers étaient dispersés dans les sous-quartiers comme matériel de position pour la défense rapprochée, le plus souvent servis par des soldats des services (cuisiniers, secrétaires, etc...). Mes efforts pour regrouper la section du 12ème BCA ont été vains, surtout en raison des mentalités.


____________

Base documentaire des Artilleurs