Matériels d’artillerie > 3- Tableaux et fiches techniques > 32- Fiches techniques des pièces du musée > 1- Matériels français > Accessoires au tir et à la topographie - Transmissions >
Lot de préparation des tirs Mle 54 M 60 T.A.
 

LA PRÉPARATION DES TIRS

1. Généralités La préparation est dite :

  • CALCULÉE si elle fait intervenir des corrections déduites des valeurs mesurées ou estimées des conditions aérologiques et balistiques du moment. Elle peut être "complète" ou "sommaire" [1].
  • EXPÉRIMENTALE si elle fait intervenir des corrections déduites de tirs antérieurs (but auxiliaire - repère balistique).

Elle peut être effectuée à l’aide :

  • de calculateurs électroniques ;
  • des tables de tirs ;
  • du lot de préparation graphique particulier à chaque type de matériel’

2. Utilisation du lot de préparation des tirs Mle 54 M 60 T.A.

21 . Équipement de la Planchette [2].

a) Choisir en fonction du gisement de surveillance :

  • feuille à carroyage droit pour des G.S. voisins de 800, 2400, 4000, 5600 millièmes ;
  • feuille à carroyage oblique pour des G.S. voisins de 0, 1600, 3200, 4800 millièmes.
(JPG)

b) Poser la feuille quadrant sur la planchette secteur de façon que :

  • les informations marginales soient situées vers le pivot encadrant le gisement de surveillance (feuilles à carroyage droit) ;
  • l’axe cc’ soit parallèle à la flèche matérialisant le gisement le plus voisin du G.S. (carroyage oblique).
(JPG)

c) Faire glisser la feuille de manière à lire les valeurs X et Y. (ou Y et X) des coordonnées de la pièce directrice sur les parties graduées de la feuille quadrant :

  • soit par les axes aa’ et bb’ (quadrillage droit),
  • soit par les axes cc’ et dd’ (quadrillage oblique).

d) Fixer la feuille et la graduer en X et Y [3].

e) Équiper le té des altitudes.

f) Vérifier l’équipement de la planchette.

22. Lecture des éléments topographiques.

Un objectlf étant reporté et la réglette corespondant à la charge employée mise en place, curseur à zéro :

a) Amener la courbe de dérivation à passer par l’objectif.

b) Lire le gisement sur le secteur et le noter.

c) Placer le té des altitudes sur la réglette, et faire passer son bord gradué par l’objectif.

d) Lire l’angle en face de l’altitude de l’objectif, en interpolant éventuellement entre deux trajectoires, et le noter.

e) Lire éventuellement sans déplacer le té, l’évent de hauteur nulle, la distance topo, la durée du trajet ;

Vérifier [4] le gisement et l’angle sur une carte, au moyen de l’éventail des charges [5].

23. Introduction de corrections en direction et en portée.

a) Desserrer la vis du curseur et faire coulisser la réglette de façon à amener la graduation correspondant à la correction en portée sur le repère du curseur (attention au signe).

b) Repérer la correction en direction sur les graduations de la réglette (attention au signe).

  • l’angle de tir est alors effectué comme au §22 ;
  • le gisement est lu sur le secteur gradué en face du repère porté sur la réglette.

Nota : Toutes ces opérations doivent être longuement et périodiquement répétées par l’EPT (équipe de préparation du tir au niveau de la batterie). Au niveau du régiment, il y a eu longtemps un contrôle des éléments des batteries par un travail analogue conduit au sein d’une cellule PCT (poste de commandement et du tir) héritée de l’époque des groupes d’artillerie.

(JPG)
PCT régimentaire

Cela peut, à juste titre, apparaître fastidieux. C’est la raison pour laquelle l’arrivée des calculateurs puis ordinateurs vont réellement améliorer les conditions de préparation du tir, en vitesse d’exécution et en précision. Le risque d’erreur humaine va s’amoindrir en reliant directement les senseurs de mesure à l’ordinateur.

Voir les différents calculateurs et ordinateurs qui se sont succédés :

  • En cas de défaillance d’ATILA, ou pour un emploi décentralisé de sections ou batteries d’artillerie (mortier ou canon) il est possible d’utiliser le calculateur CADET, aux performances encore supérieures au CETAC, mais ne disposant pas de toutes les fonctionnalités d’ATILA.

[1] Avec la modernité, elle est presque systématiquement complète pour pratiquer le tir sans réglage. On parle alors du tir d’emblée

[2] Travail du brigadier Graphiqueur

[3] Tenir compte pour les feuilles à quadrillage oblique du décalage entre le repère et le pivot (2 km pour lot 105 AU 50, 3 km pour lot 155 F 3 Am).

[4] Travail normal du sous-officier EPT

[5] Appelé aussi "pelle à tarte".


____________

Base documentaire des Artilleurs