Matériels d’artillerie > 3- Tableaux et fiches techniques > 32- Fiches techniques des pièces du musée > 1- Matériels français > Pièces de campagne en bronze >
Le canon à balles de Reffye- 1866
 

Le canon à balles - 1866

Le capitaine de Reffye, aide de camp de l’Empereur Napoléon III, avait été nommé en 186l directeur de l’Atelier de Meudon. Il travaillait avec un groupe restreint dirigé par le général Favé, artilleur éminent et conseiller de l’Empereur, lequel suivait de près les réalisations. Reffye mit à l’étude en 1863 un "canon à balles", souvent nommé « mitrailleuse », dont le premier exemplaire sortit en 1866.

(JPG)

Le canon à balles se constituait d’un ensemble de 5 rangées parallèles de 5 tubes rayés entouré d’une enveloppe de bronze. La pièce, sur affût de 4, tirait des balles de plomb de calibre l3 mm. Chaque charge de poudre était contenue dans une douille métallique légère portant au culot une amorce à percussion. Les 25 cartouches, engagées dans un bloc formant culasse, s’introduisaient dans les 25 tubes et la mise de feu s’exécutait par 25 percuteurs actionnés successivement au moyen d’une manivelle. La précision était bonne jusqu’à 1 000 m en tir tendu. La cadence pouvait atteindre plus de 100 coups à la minute. [1]

Le secret qui avait couvert ces études fit que ni la troupe ni même les officiers n’avaient été instruits sur ces matériels, et cela fut fort préjudiciable à l’emploi en guerre, en 1870, des 200 canons à balles mis en service dans les unités.

Voir le détail des caractéristiques sur ce lien.

Voir cette pièce dans les Combats sur La Loirecliquer ici.

Voir aussi les illustrations de cet article sur le site consacré aux fortifications Séré des Rivières : cliquer ici.

[1] Le capitaine de Reffye étudia également des canons de 7 et de 4 se chargeant par une culasse du type Beaulieu portée par un volet qui assurait, avec une douille contenant la charge, une bonne obturation. Quelques matériels de 7 étaient construits au début de 1870.


____________

Base documentaire des Artilleurs