Matériels d’artillerie > 3- Tableaux et fiches techniques > 33- Fiches techniques d’autres matériels. > DCA-FTA-Sol/air >
FTA- Les radars AN/TPS 1
 

AN/TPS 1

(JPG)
© Musée de l’Artillerie de Draguignan
Radar AN/TPS 1D américain

L’AN/TPS 1 est une radar de guet à impulsions mis en service dans les armées françaises dans les années 1950 et permettant de détecter aux moyennes et grandes distances des objectifs aériens afin de pré alerter les unités de tir.

(JPG)

AN/TPS1 et son antenne IFF
incorporée dans le cornet d’émission

(JPG)

En France les TPS seront dotés de l’IFF AN/TP-29

L’armée française s’est dotée du AN/TPS D, puis de l’AN/TPS 1E.

Ce radar d’origine américaine a été conçu par la firme RAYTHEON en 1947. En 1953, la firme italienne MICROLAMDA obtient l’exclusivité de sa fabrication sous licence. Il y eu les versions A, B, C, D et E.

Sa nomenclature signifie :
A : Army
N : Navy
T : Transportable par voie terrestre
P : pour radar
S : pour détection distance et azimut, recherche
1 D : version 1 D


Caractéristiques :

  • Portée : 150 à 300 km (160 milles nautiques) selon la version ;
  • Précision : +/- 1 degré en azimut et 2 à 9 km en fonction de l’échelle d’exploitation choisie : 20, 40, 80 et 160 milles nautiques ;
  • Puissance d’émission : 500 kw (puissance de crête) et 500 W (puissance moyenne) ;
  • Un dispositif d’effacement des échos fixes (M.T.I.) permet de limiter les réflexions parasites dues au relief. Le radar est aussi équipé de 2 dispositifs de lutte contre le brouillage ;
  • Vitesse de rotation de l’antenne : de 0 à 15 tours/minute dans le sens horaire ou anti-horaire ;
  • Il est décomposable en 6 fardeaux d’un poids total de 784 kg.

La France achète en 1953 une centaine de radars AN/TPS 1/D qui équiperont les unités antiaériennes canons mais aussi l’Armée de l’Air.

En Algérie, afin de pouvoir détecter, intercepter et éventuellement détruire tout aéronef susceptible de larguer des armes ou du matériel au profit de la rébellion, l’armée de l’Air déploie des moyens de surveillance, (activés pendant la journée seulement, compte tenu de l’absence de chasseurs de nuit) sur la frontière algéro-tunisienne. Ce sont les Stations Radar de Campagne (SRC) équipées de radars ANTPS/1D de Djidjelli, Bône, Aïn Beïda, Bir el Ater, Biskra et M’sila.

Ce radar sera en dotation dans les groupes d’artillerie antiaérienne lourds équipés de canons de 90 mm et les groupes d’artillerie antiaérienne légers équipés de canons de 40 mm. Un peu plus tard il équipera aussi les régiments HAWK. Les B.C.S [1] (ou plus tard B.O [2]) des unités sont dotées de deux AN/TPS 1 .

En 1966, l’Établissement Annexe du Matériel Radar de Pontoise modifie l’AN/TPS 1 D et le transforme en AN/TPS 1E .

L’ensemble radar AN/TPS 1 D ou E comprend :

  • le radar lui même ;
  • l’appareil d’identification ami/ennemi IFF/SIF ;
  • un indicateur panoramique IP 8 positionné à distance (jusqu’à 240 m) ;
  • un groupe électrogène PU 107 (115 V, 400 Hz, monophasé).

Différences entre l’AN/TPS 1D et l’AN/TPS 1E :

(JPG)

  • AN/TPS 1D :
    • il utilise la réflexion par le sol des ondes émises afin d’augmenter sa portée (300 km), mais cela occasionne de nombreux trous de détection ;
    • les 6 coffrets électroniques sont empilables en 1, 2,ou 3 colonnes à l’aide d’une « chèvre », ce qui permet d’avoir au maximum l’antenne à 6 m du sol pour améliorer la détection ;
    • une tente permet de protéger les coffrets et l’opérateur radar.

(JPG)

  • AN/TPS 1E :
    • L’antenne n’utilise plus la réflexion par le sol. Cette antenne améliore de façon significative la détection, mais diminue sa portée (150 km) ;
    • Les caissons radar sont montés dans une cabine S 614 d’un poids de 700 kg . La cabine est transportée par un camion Simca F 594 ou Berliet GBC 8 KT ;
    • 4 supports articulés permettent la mise à niveau de la cabine (pente max. de 9°).

[1] batterie de commandement et des services

[2] batterie des opérations


____________

Base documentaire des Artilleurs