Les Artilleurs et les Traditions > 5- Culture d’Arme et traditions > Expressions trouvant leur origine dans l’artillerie >
Tirer à boulets rouges
 

Tirer à boulets rouges

Cette expression vient aussi du vocabulaire de l’artillerie. Pour attaquer les voiles, mâtures, charpente et soutes à vivres et à munitions des navires de guerre, il suffisait de déclencher un incendie. Pour cela on eut l’idée de porter les boulets des canons à incandescence avant de les tirer.

A notre époque, on utiliserait des bombes ou obus incendiaires (chargés de phosphore blanc) pour obtenir le même effet.

Cette technique était utilisée autant par l’artillerie côtière que l’artillerie embarquée sur les navires (visiter le fort La Latte pour vous en convaincre). Mais on pourrait aussi l’avoir utilisée dans les sièges des places-fortes.

Elle découle d’une technique déjà appliquée par les archers qui envoyaient des flèches enflammées. Donc elle n’a rien de révolutionnaire.

Mais dans tous les cas elle est déstabilisante, donc on comprend bien qu’elle soit aussi rapportée aux agressions verbales qui coupent court à toutes répliques...

Voir les définitions apportées par différents sites, sans pour autant leur apporter une caution systématique.

Celle d’une Encyclopédie des expressions :

" Tirer à boulets rouges

Émettre une critique violent et virulente envers quelqu’un ou quelque chose.

Les boulets rouges sont en fait les ancêtres de la bombe incendiaire. Les boulets de canons en métal ont été, à une certaine époque, rougis au feu avant d’être enfournés dans la gueule du canon et tirés très vite. De par leur séjour dans la fournaise ces boulets obtenaient une capacité incendiaire en plus de destruction non négligeable à l’époque où les bâtiments étaient en bois. Notons cependant que cette méthode, dévastatrice pour l’ assailli, était très dangereuse pour celui qui effectuait la manoeuvre.

De nos jours “tirer à boulets rouges” signifie s’attaquer violemment verbalement à quelqu’un ou quelque chose, le “descendre en flamme” afin de l’offenser ou de le terrasser. Cette expression s’utilise aussi pour désigner le discours incendiaire, malveillant et incisif d’un quidam envers une autre personne absente tout en lui faisant des procès d’intention."

Celle du lycée "La providence - Voltaire" :

"Nous devons cette expression à un certain Frédéric-Guillaume Ier, roi de Prusse. Surnommé le Roi-Sergent, il voulut, au XVIIe siècle, rendre la puissance des canons plus destructrice. Pour cela, il eu l’idée de chauffer les boulets dans une forge, appelée four à boulets, avant de les insérer dans le canon et de les lancer sur l’ennemi. Outre la destruction provoquée par le boulet lui-même, cela avait la fonction de déclencher des incendies. Une valeur ajoutée utile, qui permettait aux attaquants de prendre l’avantage sur leurs ennemis, lesquels devaient se défendre tout en tentant de maîtriser les flammes. Cette technique était aussi utilisée pour attaquer des bateaux et se défaire rapidement de leur équipage.

Au XVIIe siècle, l’expression « tirer à boulets rouges » était donc utilisée au sens propre. C’est à la fin du XVIIIe siècle qu’elle se transforma, pour être utilisée au sens figuré et faire référence à une attaque verbale formulée contre son interlocuteur. Nous l’utilisons toujours dans ce sens aujourd’hui, pour parler de la façon virulente de s’en prendre à une personne, comme si elle était assaillie de critiques ou de reproches sans pouvoir répliquer."

Une dernière du site Pourquois.com :

"L’expression ’’tirer à boulets rouges’’ veut dire qu’une personne va en attaquer une autre avec des paroles d’une extrême violence. L’origine vient du boulet bien entendu.

Par contre, certains chefs de guerre voulant que la destruction de l’adversaire soit plus importante, imaginèrent de chauffer les boulets dans une forge avant de les tirer dans les canons. Cette action provoquait souvent un incendie en plus de l’impact. Ainsi la métaphore est née et la locution date environ du XVIIIème siècle."


____________

Base documentaire des Artilleurs