Matériels d’artillerie > 2- Matériels anciens > 26- Le matériel de la Guerre froide (1946-1990) > Artillerie nucléaire 1960-1996 >
22- Le système de transmissions, de traitement des données du Pluton
 

Le calculateur IRIS 35M

(JPG)

Dans les années 66-67, grâce au Plan calcul militaire, on dispose d’un outil informatique prometteur, l’IRIS 35M.

Le calculateur IRIS 35M est l’élément central du système. Il est à structure modulaire et comprend les éléments fonctionnels distincts suivants :

  • une unité de commande réalisant les fonctions de calcul et de décision,
  • une unité mémoire de 16Ko (le double pour les véhicules de tir),
  • une unité d’entrée-sortie assurant le dialogue avec les périphériques,
  • une système d’interruption permettant la synchronisation des évènements,
  • un pupitre d’exploitation au service de l’exploitant (mise en service et tests).

Etant donné la faible mémoire du calculateur, la programmation est faite en langage assembleur.

Le système de transmission et de traitement de données

Le calculateur est associé à un clavier alphanumérique et à un écran. C’est à partir de ces périphériques que ce font la composition et la réception des messages, la gestion des messages "départs" et "arrivés" du réseau tir, la configuration du réseau, l’entée des clés de chiffrement. La transmission des messages se fait au travers d’un MODEM (modulateur - démodulateur, périphérique Qui relie le calculateur aux postes radios de la série 13, de puissance 15W.

Ces matériels de base équipent les véhicules de tir et les véhicules PC de batterie, de régiment, des équipes de commandement et de liaison (ECL) situées auprès de la grande unité d’emploi.

D’autres périphériques y sont ajoutés comme un lecteur et perforateur de bandes, unité de jonction étoile, imprimante électronique, boitier-relais de télécommande...

Au calculateur du véhicule de tir est ajouté un système de mise en œuvre et de contrôle (SMOC) pour la mise en œuvre fonctionnelle du missile (commandes, mesures de paramètres, résultats, transferts de données vers le bâti de site et le missile, alignement des gyroscopes du missile, réchauffage du missile, amorçage des batteries d bord etc...).

Au niveau des PC, il est fait appel à des stations amplificatrices pour atteindre, via les postes de la série 13, les élongations compatibles avec le dispositif de manœuvre d’un régiment PLUTON. Ce sont les TRVM15 ou "stations 1KW".

Pour le réseau manœuvre (également réseau tir de secours) le régiment PLUTON dispose d’un réseau composé de stations MA-MF cryptées : les RTTY.

En attendant l’arrivée du réseau RITA, le régiment PLUTON a assuré les liaisons FH avec des stations QRTH et QRMH.

  • Les stations radio spécifiques
  • Le véhicule calculateur
(JPG)

Pour le réseau de tir, il faut des véhicules de type GBC 8KT avec un shelter de type SH26 pour équiper les ECL, le PCR et les PC de batterie. Les PC de batteries dispose d’un deuxième MODEM radio car ils sont dotés de deux postes de la série 13, pour assurer une retransmission automatique des messages de l’ECL vers les pièces. Le véhicule de tir dispose d’un agencement différent puisque, comme nous l’avons dit précédemment,il combine le réseau de tir avec les fonctionnalités de mise en œuvre du missile.

  • Le TRVM15
(JPG)

Station d’émission-réception VHF initialement montée sur Marmon, puis sur Berliet châssis court, la silhouette de cette station est très caractéristiques par les aériens de l’antenne qui lui ont valu l’appellation de "cage d’écureuil" pivotante. Cette station est reliée par télécommande à distance (quelques centaines de mètres) au véhicule calculateur. Un amplificateur de 1000W permet des liaisons de l’ordre de 100km.

  • La station RTTY
(JPG)

Elle est dotée d’un ensemble TRVM 134 de type BLU 100W, de 80 à 100km de portée, ainsi que d’un poste radio TRVP 213. Y sont ajoutés des moyens modernes de cryptographie, avec machine chiffrante MYOSOTIS, téléimprimeur et transcodeur ME 100.

Elle est sur les sites suivants : Corps d’armée, régiment, PC batterie et section de reconnaissance. Utilisée comme réseau de tir de secours, elle dispose à cet effet d’un perforateur de bandes destinées à être réinjectées sur le réseau tir.

  • Les stations Hertziennes

(JPG) (JPG)



Les QRTH servent à réaliser les liaisons par faisceaux hertziens avec les PC de grandes unités (stations CHA - câbles hertziens de l’avant) et à servir de relais en version QRMH vers les PC de batterie (station écureuil).





































Le réseau de tir

(JPG)

Sur le réseau AMONT, le système peut accepter jusqu’à 4 batteries. Un PC de batterie peut accepter jusqu’à 4 véhicules de tir (VT). Ces reconfigurations possibles permettent de faire face à l’imprévu et d’assurer le tir en dépit de défaillances de systèmes, dans le régiments et avec les voisins.

Retour


____________

Base documentaire des Artilleurs