L’organisation de l’Artillerie > 1- Des débuts à la fin du XIXè siècle > Approches synthétiques sur toute la période > Approches techniques et tactiques.. >
08- Passage à l’acier
 

Le système de Reffye, de Bange la Hitolle.

1870 à 1914

La guerre franco-prussienne a montré l’écart entre les artilleries française et prussienne sur le champ de bataille. Les progrès scientifiques et techniques de la métallurgie et de la chimie, stimulent la mise en place et l’organisation d’une "artillerie nouvelle" par la nécessité de renforcer la défense du territoire national et aboutissent à la conception et la fabrication, par des procédés techniques et scientifiques, de nouveaux types : -* de canons caractérisés par une plus grande : portée, précision, rapidité de tir, maniabilité, fiabilité, puissance destructrice,

  • de munitions, l’obus oblong se substitue au boulet et à l’obus sphérique, -* d’explosifs, la mélinite condamne les forts Seré de Rivières dans leur construction initiale.

L’aboutissement en est le canon de 75 (1897), transporté grâce au chemin de fer lors des grands déplacements, mais tactiquement toujours hippomobile dont les qualités influent sur la doctrine : le feu préparant le choc dans l’offensive. En même temps, la nécessité d’une artillerie lourde est mise en avant.

Avancées techniques

La « défaite » de l’artillerie française en 1870 (bataille de Sedan) met fin à « l’empirisme » technique :

  • l’acier remplace le bronze, l’obus oblong remplace l’obus sphérique
  • l’affût est en fer
  • le canon en acier
  • la culasse mobile devient la règle
  • On procède au frettage des tubes,
  • la mélinite est adoptée comme explosif,
  • le frein à long recul est mis au point et adopté ; il permet d’augmenter la cadence de tir, et d’améliorer la précision.

Un canon de montagne est mis au point.

La réflexion et le début de fabrication d’une artillerie lourde, d’une DCA (1911).

Repères historiques

La guerre franco-prusienne(la bataille de Sedan).

La défaite de l’artillerie française face à l’artillerie allemande.

Utilisation coloniale

Conséquences en organisation

  • Disparition des fusées de guerre (1872).
  • Création de régiments d’artillerie de campagne divisionnaire et de corps d’armée. (13. 3.1875).
  • École de Fontainebleau.
  • Réorganisation de l’artillerie dans :
    • les Études,
    • les Fabrications.
  • Fin des forts Séré de Rivière, dans leur construction du 1er type.
  • Formation de 5 régiments d’artillerie lourde (1914).

Conséquences sur l’emploi

  • Réorganisation de l’artillerie dans la mise en œuvre :
    • règlements de manœuvre,
    • service de pièce,
    • tables de tir, articulés de manière méthodique.
    • Création de l’artillerie de forteresse (1883)
  • Appui direct des troupes en tir direct et indirect

Matériels représentatifs

  • Canon-obusier de 12 Valée
  • Canon de 138 m/m de Reffye Mle 1874
  • Canon prototype de 95 m/m de Lahitolle Mle 1875

Système de Bange :

  • Canons de 80M, de 90, de 120 et de 155.
  • obus explo de ces canons.
  • Canon de 75 m/m : Prototype n° 6 de 1896.
  • canon de 65 de montagne.
  • canon de 105 mod 1913.

____________

Base documentaire des Artilleurs