Matériels d’artillerie > 2- Matériels anciens > 27- Le matériel de 1990 à 2008. > 273- Systèmes de surveillance et d’acquisition >
135- Le drone rapide CL289
 

Drone rapide : Le CL289

(JPG)
  • Le CL 289, successeur du CL89, est un système de reconnaissance constitué d’un vecteur aérien embarquant une charge utile de prise d’images (infrarouge et visible) et de stations au sol permettant la programmation de la mission, l’exploitation des informations ainsi que la récupération et le reconditionnement du vecteur.
  • Le système est constitué de modules permettant de s’adapter au besoin exprimé en terme de type de renseignement recherché et du nombre de missions par jour. Il peut fonctionner en deux modes :
    • En Temps Réel [1] : un senseur Infrarouge Corsaire permet l’observation d’une zone de 100km de terrain jusqu’à une distance de 70km de la station au sol (station PIVER : Programmation, Interprétation, Visualisation d’Engins de Reconnaissance). L’âge du renseignement obtenu avec ce système est de 15mn, car l’interprétation des images se fait instantanément.
(JPG)
    • En Temps Différé : à l’aide d’une caméra optique ZEISS et/ou d’un senseur Infrarouge permettant l’observation de 100km de terrain. L’âge du renseignement est de 45mn après récupération du drone puis développement et interprétation des images.
  • PERFORMANCES :
    • Missile préprogrammé, non télépilotable, récupéré sous voile et reconditionnable après le vol.
    • Autonomie : 400km de trajectoire.
    • Durée du vol : 30mn à 720km/h.
    • Hauteur de survol des objectifs : 300 à 1200 mètres.
    • Précision de localisation : 50 mètres

Voir le lancement d’un CL289 à Mostar : cliquer ici, et accéder à la banque d’images qui vous est proposée sur cette page.

Pour parfaire l’entrainement des stations au sol, il est imaginé et réalisé une nacelle (appelée POD) comprenant les caméras et les systèmes de transmissions en vol, que l’on peut accrocher sous un hélicoptère.

Ce système devient un véritable moyen utilisé en opération en Bosnie, car il dispose d’une meilleure manœuvrabilité qu’un missile programmé avant son lancement. Cette souplesse d’emploi est possible en zone où la maîtrise du ciel est assurée. Sinon, il faut en revenir au CL289 ou bien mettre au point d’autres drones, moins rapides mais manœuvrables et disposant d’une plus grande autonomie en vol. Il y aura d’abord le MART (utilisé pendant la première guerre du Golfe) puis le Crécerelle, puis le SDTI et ses successeurs).

D’abord servi à Nevers par le 7è RA, il migre vers la base de Chaumont-Semoutiers alors que le régiment reprend l’appellation et l’étendard du 61è RA.



Après le Kosovo, le CL289 a été employé au Tchad dans le cadre de l’opération EUFOR de mai 2008 à mars 2009. En dépit de ses succès et adaptation au besoin, cette opération sera probablement un chant du cygne puisque son retrait du service devrait intervenir au 31 décembre 2010 avec la fin de la capacité opérationnelle à l’été 2010 et une dernière campagne de vols au Larzac au printemps.

Pour en savoir plus sur le CL 289 et l’Histoire du Repérage cliquer ici.

Retour en Haut de Page

Retour Systèmes d’acquisition

[1] la transmission Temps réel du CL289 a été abandonnée au début des années 2000 car, pour la petite Histoire, les gammes de fréquences utilisées correspondent à celles des nouveaux standards de téléphonie mobile qui ont obtenu, de fait, la priorité...


____________

Base documentaire des Artilleurs