L’organisation de l’Artillerie > Histoire des systèmes d’artillerie. >
6- Les systèmes de Bange et Lahitolle
 

Les systèmes de Bange et Lahitolle portent les noms de leurs concepteurs, le Lieutenant-colonel Lahitolle et le Colonel de Bange.

Après 1871, ces deux officiers réalisèrent des prototypes destinés à moderniser l’artillerie française et à remplacer tant les canons en bronze de 1858 que ceux du système Reffye.

Ils sont caractérisés par l’emploi de l’acier dans toutes les constructions, ainsi que la généralisation de la culasse à vis. Les deux systèmes sont assez proches, c’est donc lors d’un concours que le système de Bange l’emporte sur celui de Lahitolle grâce à sa meilleure précision.

Cette nouvelle artillerie est caractérisée par un système de culasse fortement simplifié, permettant une ouverture en quelques secondes. Le tube est rayé sur toute la longueur et utilise le même type d’obus que le canon du système Reffye.

La portée du tir est de 5.000 mètres et la cadence avoisine un coup par minute.

Malgré de nettes améliorations, les canons de Bange et Lahitolle connaissent un même défaut : Les pièces d’acier plus légères ne parviennent plus à compenser, par leur inertie, le recul dû à l’amélioration des poudres et des obus. Lors du tir, le canon recule de près d’un mètre. Il faut le ramener, après chaque coup, en batterie et reprendre la visée. Pour y remédier, divers systèmes sont développés : plateforme de tir inclinée, sabot de freinage et frein à corde.

Les matériels du système de Bange seront en service jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Voir les caractéristiques de ces matériels.

(JPG)

Les premiers systèmes de freins

Le capitaine Lemoine met en place le premier système de frein à corde. Le principe de ce limiteur de recul consiste à enrouler une corde qui, en se resserrant autour du moyeu, agit sur un patin qui bloque le cerclage des roues. (ancêtre de l’ABS ?)


____________

Base documentaire des Artilleurs